La grève lancée à Rungis pour la régularisation de travailleurs sans-papiers le 16 mars a pris fin le 9 avril 2017 (Illustration).
La grève lancée à Rungis pour la régularisation de travailleurs sans-papiers le 16 mars a pris fin le 9 avril 2017 (Illustration). — A.Chauvet / 20 Minutes

ECONOMIE

Val-de-Marne: Fin de la grève des sans-papiers au marché de Rungis

La CGT a déposé 128 dossiers à la préfecture du Val-de-Marne qui devrait, en échange, délivrer des récépissés autorisant le travail des sans-papiers pendant six mois…

Les sans-papiers du marché de Rungis pourraient, à terme, obtenir une carte de séjour d’un an. La centaine de travailleurs a levé le camp dimanche, après trois semaines d’occupation, de la tour Semmaris du marché de Rungis (Val-de-Marne), rapporte l’AFP. Ils réclamaient une régularisation et vendredi, la CGT a annoncé avoir obtenu un accord.

Plus de cent employés sans-papiers depuis des années

Les manifestants occupaient depuis le 16 mars la tour de la Semmaris, la société gestionnaire du plus grand marché du monde, sous le mot d’ordre : « On bosse ici, on vit ici, on reste ici ». La plupart travaillaient sur le marché de Rungis depuis des années, selon la CGT. Ils étaient employés par des agences d’intérim ou des entreprises installées à Rungis dans des secteurs comme la manutention, le nettoyage ou l’agroalimentaire.

>> A lire aussi : Une centaine de salariés sans-papiers demandent leur régularisation

Les négociations patinaient ces dernières semaines, notamment parce que certaines entreprises ne fournissaient pas les certificats employeurs nécessaires à la constitution des dossiers. A présent, « les dossiers ont bien été déposés », a confirmé la préfecture à l’AFP. « Ils sont à l’étude, on est en train de vérifier qu’ils sont complets pour pouvoir délivrer les récépissés. »

Cet accord prévoit le dépôt des dossiers des 128 travailleurs sans-papiers en préfecture par le syndicat, a expliqué son antenne départementale dans un communiqué. En échange, les services de l’Etat vont délivrer des récépissés autorisant le travail des sans-papiers pendant six mois. Ce document administratif ouvre la voie à l’obtention d’une carte de séjour d’un an.

Le syndicat estime par ailleurs que les travailleurs clandestins sont probablement « beaucoup plus » sur le marché de Rungis que la centaine qu’il vient d’accompagner vers une régularisation. Plus de 12.000 personnes sont employées au marché de Rungis par presque 2.000 entreprises, selon le site internet de la société gestionnaire Semmaris.