Lycéen blessé par un tir de Flash-Ball à Montreuil: La peine du policier alourdie en appel

JUSTICE Son interdiction d’exercer pendant un an a été levée en appel…

F.H. avec AFP

— 

Geoffrey Tidjani en 2015 devant le tribunal de Bobigny. (Archives)
Geoffrey Tidjani en 2015 devant le tribunal de Bobigny. (Archives) — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

« Je ne peux pas accepter ce jugement qui dit qu’un policier peut continuer à travailler après avoir été condamné pour faux. Je ne l’accepterai jamais. » Le père de Geoffrey Tidjani, lycéen de 16 ans touché à l’œil par le tir d’un lanceur de balles de défense (LBD) en 2010, était ulcéré à l’issue de la décision prononcée par la cour d’appel de Paris dans cette affaire, ce mardi.

L’interdiction d’exercer « était la vraie sanction »

Si celle-ci a alourdi ce mardi la peine du policier, Jean-Yves Césaire, absent, condamné à dix-huit mois de prison avec sursis, contre douze mois après son premier procès en avril 2015, pour « violences aggravées » et « faux et usage de faux » – il avait rédigé un procès-verbal présentant sa victime comme un « caillasseur », ce qu’a démenti une vidéo –, la cour d’appel a toutefois supprimé l’interdiction d’exercer pendant un an qui avait été décidée par le tribunal. Il lui est interdit en outre de porter un LBD pendant trois ans (deux ans en première instance).

>> A lire aussi: Six mois de prison avec sursis pour un policier après la première bavure mortelle au Flash-Ball

Geoffrey Tidjani, 16 ans à l’époque, a souffert de multiples fractures au visage et a subi plusieurs interventions chirurgicales pour sauver son œil, après avoir été touché à l’occasion d’une manifestation devant un lycée de Montreuil (Seine-Saint-Denis).

La famille du jeune homme, qui n’était pas présent à la lecture de l’arrêt de la cour d’appel, n’a pas caché sa déception après la suppression de l’interdiction d’exercer. « Pour Geoffrey, c’était l’essentiel, c’était la vraie sanction. Augmenter un sursis, certes ce n’est pas rien, mais au final, ce sont des idées, c’est du vent », a déploré sa mère.

« Pour nous, ce n’est pas fini, mon fils est bousillé », a-t-elle dit, décrivant un jeune homme encore marqué psychologiquement et peinant à trouver une orientation professionnelle.