A Noël, Paris oublie d'être écolo

Sophie Caillat - ©2007 20 minutes

— 

Aujourd'hui, le premier étage de la tour Eiffel (7e) se pare d'un manteau neigeux. Un mini-parcours pour balade en raquettes avec vue sur tout Paris. Samedi, des pistes de ski débarquent au stade Charlety (14e), tandis que le boulevard Haussmann (9e) vit au rythme des tempêtes de neige des Galeries Lafayette. Tant de fausse neige, voilà qui n'est pas très écologiquement correct.

« On n'est pas contre Noël, mais cette neige artificielle consomme beaucoup d'eau et d'énergie », s'insurge l'association écologiste Robin des Bois. La tour Eiffel dément vouloir faire dans le « tape-à-l'oeil » et assure que l'opération ne nécessite « que 60 m3 d'eau, soit le quart d'une piscine de 10 x 15 m ».

« A Noël, les gens veulent du Noël », résume Gilles Muller, coordinateur de Paris illumine Paris, qui gère les animations des fêtes dans cent quartiers. Ce spécialiste prédit « un Paris toujours plus illuminé, dans la rue comme dans les magasins, car la lumière, c'est magique ». Et d'ajouter : « Les commerçants sont ravis car grâce aux diodes électroluminescentes, leur consommation d'énergie diminue de 80 %, ce qui leur permet de prolonger la période d'illuminations ».

Paris ressemblera-t-il de plus en plus, quel qu'en soit le coût, au pays du Père Noël ? Pour Yves Contassot, adjoint (Verts) au maire de Paris en charge de l'Environnement, « il est temps d'accepter qu'on ne peut pas tout faire sous notre latitude ». Lorsqu'il propose de supprimer la patinoire de l'Hôtel de Ville, qui « en quatre mois annule un an d'économies d'énergie de l'administration », il s'entend répondre qu'« on ne peut pas priver les Parisiens de patinage ».