Val-de-Marne: Une «mule» décède d'une surdose de cocaïne avant d'atterrir à Orly

DROGUES Des boulettes de cocaïne se sont ouvertes dans l'estomac de la jeune femme de 32 ans qui avait pris un vol en provenance de la Guyane...

20 Minutes avec agences
— 
Vue en date du 28 décembre 2012 du logo des douanes à Orly
Vue en date du 28 décembre 2012 du logo des douanes à Orly — Miguel Medina AFP

Une femme de 32 ans, qui avait ingéré des boulettes de cocaïne avant d’embarquer sur un vol en provenance de Cayenne, en Guyane, est décédée lundi d’une surdose avant d’atterrir à l’aéroport d’Orly (Val-de-Marne), a-t-on appris mardi de sources concordantes.

>> A lire aussi : À Orly, la douane piste les têtes de «mules»

Elle était accompagnée de son petit garçon de 3 ans

Selon la procureure de Créteil, Laure Beccuau, « plus d’une soixantaine » de boulettes dont le conditionnement était « extrêmement précaire » se sont ouvertes dans l’estomac de la victime.

« Un médecin, qui était à ses côtés lors du vol, a tenté de la sauver, mais en vain », a ajouté Laure Beccuau. La victime, d’origine guinéenne et domiciliée en métropole, était accompagnée de son petit garçon de 3 ans. Ce dernier a été confié à son père à son arrivée à l’aéroport.

Le nombre de mules arrêtées en Guyane a plus que doublé

D’après une source proche du dossier, le nombre de mules arrêtées en Guyane a plus que doublé entre 2014 et 2016, passant de 183 à 371. Le nombre de mineurs jouant ce rôle est en augmentation : ils constituaient 13 % des interceptions en 2016, contre un peu plus de 9 % l’exercice précédent.

>> A lire aussi : Une mule de 14 ans originaire de Guyane arrêtée à Orly avec 456 grammes de cocaïne dans l’estomac

Une enquête, confiée à l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS), devra déterminer les commanditaires de ce transport, alors que la région des Caraïbes est une plaque tournante du trafic de drogue et notamment de cocaïne.

Les Caraïbes sont proches des trois principaux pays producteurs (le Pérou, la Colombie et la Bolivie), qui produisent à eux seuls environ 1.000 tonnes de cocaïne par an, dont près du quart est destiné à l’Europe.