Paris: Une vidéo montre un SDF agressé par un maître-chien, la RATP ouvre une enquête interne

SOCIETE La manière peu scrupuleuse d’agents de la RATP pour déloger un SDF a été largement partagée sur les réseaux sociaux…

C.An

— 

La RATP a réagi à la vidéo postée sur les réseaux sociaux concernant un SDF bousculé par le chien d'un agent de sécurité sur les quais du métro parisien (Illustration).
La RATP a réagi à la vidéo postée sur les réseaux sociaux concernant un SDF bousculé par le chien d'un agent de sécurité sur les quais du métro parisien (Illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES / SIPA

Un chien se jette vers le visage d’une personne emmitouflée dans un duvet, sur le quai du métro. La scène a été filmée, diffusée le 6 février sur les réseaux sociaux et a suscité de nombreuses réactions. Cela a soulevé de multiples interrogations notamment sur le comportement des agents de la RATP. Car ces derniers tenaient bien un chien en laisse et muselé et l’ont laissé réveiller le SDF sans grande précaution.

Contacté par 20 Minutes, le service communication n’a pas précisé où s’est déroulée la scène, mais confirme mener une enquête interne. « La RATP est sensible à la situation des personnes sans domicile. Nous avons ainsi créé en 1994 une équipe dédiée, le Recueil social, pour prendre en charge les SDF séjournant sur nos réseaux. Ces agents ont pour mission d’entrer en contact avec les personnes les plus démunies présentes sur notre réseau pour leur proposer un accompagnement vers des structures adaptées », a expliqué Laure Bencheikh du service de presse.

Une même et unique réponse de la part de la RATP 

Si le comportement du maître-chien filmé a pu choquer bien des personnes, la RATP s’appuie donc sur le service de Recueil social pour faciliter les relations avec les personnes en situation de précarité. Face aux questions postées par des internautes sur Twitter, une même et unique réponse est transmise par le service client de la RATP.

L’enquête interne est chargée d’éclaircir les faits rapportés par cette vidéo virale.