Paris: «Le bal de la rue Blomet», ex-«Bal Nègre», ouvre ses portes au grand public

CULTURE Guillaume Cornut voulait nommer son cabaret parisien rénové « Bal Nègre ». Mais c’était sans compter sur les interprétations racistes. La salle ouvre ce mercredi…

C.An

— 

Le Bal de la rue Blomet, un cabaret inspiré des années folles ouvrira le 22 mars 2017.
Le Bal de la rue Blomet, un cabaret inspiré des années folles ouvrira le 22 mars 2017. — C. ANGER

Le nom de ce café devenu cabaret dansant du Paris des années folles a suscité un tollé. Au 33, de la rue Blomet, dans le 15e arrondissement de Paris, vous trouverez « Le Bal de la rue Blomet ». Un nom plus consensuel que celui choisit au départ. Guillaume Cornut, avait inscrit à sa devanture le nom de « Bal Nègre » en référence au cabaret des années 1920.

Mais, cette inscription a notamment fait bondir le Conseil représentatif des associations noires (CRAN). Après une mise en demeure au motif que le mot « nègre » est « aujourd’hui chargé de connotations insultantes », la signature d’une pétition et le déroulement d’une manifestation face à sa devanture, Guillaume Cornut a changé le nom du futur cabaret. Il est revenu à celui « utilisé au début du XXe siècle. Ce changement de nom, je ne le vis pas comme une déchirure, c’est juste autre chose », explique-t-il à 20 Minutes.

Son idée de nommer le cabaret « Bal Nègre » remonte à quelques années. Au micro de France Culture, en 2013, Guillaume Cornut revenait sur l’histoire du « Bal Nègre. C’était une arrière-salle où se jouait de la musique afro-américaine, un mélange de biguine et de jazz… Tout-Paris et le Paris bohème s’y donnaient rendez-vous. Robert Desnos, Joséphine Baker, Picasso passaient par le Bal Nègre. » En fin d’émission, le propriétaire a annoncé le choix de baptiser son cabaret « Bal Nègre ». Un nom impossible à garder à un mois de l’ouverture du lieu.

La mairie du 15e avait insisté pour que la mémoire de ce lieu soit conservée, comme le montreles documents du conseil de quartier publiés sur Buzzfeed. Certains se désolaient de voir ce lieu culte des années folles disparaître avant de voir éclore un projet de rénovation.

Depuis 2012, Guillaume Cornut développe un projet artistique et musical éclectique. Aujourd’hui, la salle de spectacle est presque terminée. « J’ai gardé l’esprit des années 1920 avec l’aménagement d’une coursive, la présence du piano à queue, mais j’ai adapté la salle aux contraintes réglementaires pour installer des portes de secours par exemple », détaille-t-il. La salle est adaptée pour l’accueil de 180 personnes.

Il a choisi la date du 21 mars pour une ouverture en avant-première. « Cette date correspond à l’arrivée du printemps. Ce choix est davantage déterminé par l’idée d’exprimer un nouveau départ que de faire référence à la journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale. » L’accueil tout public débutera, lui, le lendemain.