Paris: 30 lignes de bus vont être modifiées avant la fin 2018

TRANSPORT Chaque jour, deux millions de personnes prennent le bus en Ile-de-France. Un réseau qui a très peu évolué depuis 1950…

C.An

— 

Pour la restructuration des bus de Paris, des modifications sont à l'étude, notamment sur l'équipement et le réseau (Illustration).
Pour la restructuration des bus de Paris, des modifications sont à l'étude, notamment sur l'équipement et le réseau (Illustration). — F. Pouliquen / 20 Minutes

Changer l’itinéraire de certains bus, un vaste projet. La mairie de Paris, le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) et la RATP planchent sur la restructuration des bus de la capitale et des communes voisines. « Une grande consultation s’est ouverte le 1er juillet 2016 où la démarche d’évolution du réseau de bus parisien a été présentée. » Sur ces mots,la présidente du Stif et de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a accueilli plus d’une centaine de personnes, mercredi, au Forum de Grenelle pour une réunion publique.

Une phase de concertation

À l’issue de cette réunion de bilan de la concertation, la population a pu cerner les orientations prises pour définir le Grand Paris des bus. Les ambitions de la présidente de la région sont fortes. « Nous poursuivrons l’objectif d’avoir 100 % de bus propres dans toutes les zones urbaines. » Des expérimentations sont en cours, comme avec la ligne 341, un bus standard électrique de 12 m pour 90 places, ou avec la ligne 24 un bus biogaz. Depuis  l’abandon du diesel en 2014, Laurent Probst, directeur général du Stif compte sur « 800 bus propres, hybrides, biogaz ou électriques ». Dans le public, une personne s’est inquiétée du bruit des bus électriques, notamment sur la ligne 38. Il s’est plaint du bruit ressenti à l’intérieur du bus, une gêne moins connue que le bruit ambiant lié à la circulation.

Quant à l’offre en elle-même et les modifications éventuelles des lignes, Valérie Pécresse constate que « le réseau n’a presque pas évolué depuis les années 1950. Il faut donc une révolution des bus à Paris et un bond qualitatif de l’offre de bus. » Un projet de restructuration est lancé et comprend la modification d’une trentaine de lignes de bus et de nouvelles dessertes.

Carte des aménagements de voiries récentes à l'étude ou nécessaires à mettre en oeuvre sur le réseau des bus parisiens.
Carte des aménagements de voiries récentes à l'étude ou nécessaires à mettre en oeuvre sur le réseau des bus parisiens. - STIF

Relier les paradoxes

Le jeu est serré pour améliorer la fréquentation et la régularité des lignes, et en même temps, répondre au besoin d’une ligne de rocade. Le Stif estime nécessaire l’ajout de 80 bus mais il recherche un espace pour stocker cet équipement à proximité des dessertes.

Parmi les modifications des lignes de bus, l’une d’elle a suscité la signature d’une pétition. Le collectif « Défendons le 87 » a recueilli 1.400 paraphes et 800 autres soutiens en ligne. Le tracé de cette ligne devrait être modifié de telle sorte qu’une infime portion soit préservée. Au lieu de partir de la place du Champs-de-Mars, le départ se ferait de la gare de Lyon. L’arrivée serait fixée non plus Portes de Reuilly mais au-delà du bois de Vincennes, au niveau de la gare RER de Joinville-le-Pont.

Une aberration pour le collectif. Un de ses représentants a rappelé le choix de certains d’habiter un logement précis parce que le bus s’arrêtait à leur porte. Les personnes âgées ou handicapées sont bien concernées par le sujet. Pour elles, le bus est bien plus accessible que le métro avec ses nombreux escaliers. Mais les besoins de ce public sont-ils bien compris ?

Au contraire concernant la ligne 76, la dernière réunion publique a permis de réajuster des choix. « On ne peut pas l’arrêter à l’Hôtel de ville, il faut bien la prolonger », ont admis le Stif, la mairie de Paris et la RATP. Les habitants du 11e arrondissement ont été entendus.

Les Parisiens ont pu émettre des avis sur le réseau de bus du 19 septembre au 30 novembre. Si lors de la réunion publique de mercredi, les personnes âgées étaient les plus nombreuses, parmi les 4.600 sondés de la concertation, les femmes (54 %) et ceux âgés entre 35 et 54 ans (34 %) sont les plus représentés.

Le passage à un nouveau réseau devrait se dérouler sur le temps d’un week-end avant la fin de l’année 2018. Une autre consultation est actuellement menée auprès des Franciliens.