Hauts-de-Seine: Patrick Balkany a fini de rembourser les 600.000 euros qu’il devait à Levallois

JUSTICE Il a été condamné pour avoir employé des agents municipaux à des fins personnelles…

Lucie Bras

— 

Patrick Balkany à l'Assemblée nationale le 31 janvier 2017.
Patrick Balkany à l'Assemblée nationale le 31 janvier 2017. — Witt/SIPA

Le maire de Levallois-Perret, condamné pour avoir employé des agents municipaux pour des affaires personnelles, a déjà remboursé l’intégralité de leurs salaires mais vient de finir de rembourser les intérêts.

D’après une information du Parisien, Patrick Balkany (LR) a annoncé hier soir lors du conseil municipal le remboursement total de sa dette à la commune. En tout, il devait 638.625,59 euros à la ville suite à une condamnation en 1996 pour l’emploi à son domicile d’agents communaux sur la période 1986-1995.

>> A lire aussi : Dassault, Thévenoud, Balkany, Sarkozy… Après la condamnation de Jérôme Cahuzac, à qui le tour?

Une partie de la dette a été remboursée en 2006. Depuis, le maire de Levallois-Perret devait s’acquitter des intérêts et des pénalités, ainsi qu’une somme importante liée à un redressement fiscal consécutif à cette affaire.

Il fournit des preuves aux élus

Dans un courrier, Patrick Balkany a fourni aux élus les preuves de ce remboursement. A l’intérieur, le député-maire a glissé un certificat du directeur des créances du Trésor de Châtelleraut (Vienne), daté du 21 décembre 2016. Celui-ci atteste avoir perçu la somme de 406.315,57 euros en principal et 232.310,02 euros pour les intérêts.

Patrick Balkany demande désormais que lui soit rendue sa qualité d’ordonnateur. Depuis sa condamnation, il n’a plus le droit signer d’ordre de services. Seuls ses adjoints en sont capables légalement. C’est à la Cour des comptes d’accorder ou non ce droit au maire de Levallois.

S’il n’a plus le souci de cette dette, Patrick Balkany n’en a pas fini avec les affaires. Avec sa femme Isabelle, ils ont été mis en examen la semaine dernière dans une affaire de corruption et blanchiment de fraude fiscale aggravé.