Paris: La Cité internationale, lieu de tournage unique avec 1.001 décors naturels

CINEMA En 2016, la Cité internationale universitaire de Paris a accueilli 70 tournages ! Un record…

C.An

— 

À la Cité universitaire internationale, la « Fondation Deutsch de la Meurthe » est souvent utilisée pour des tournages de films ou séries (Illustration).
À la Cité universitaire internationale, la « Fondation Deutsch de la Meurthe » est souvent utilisée pour des tournages de films ou séries (Illustration). — C.ANGER

Kevin Costner y est passé pour Three Days to Kill, Les Guignols de l’info y ont sorti leurs marionnettes, Guillaume Gallienne y a réalisé Guillaume et les garçons à table ! Le point commun à ces trois tournages : la Cité internationale universitaire de Paris (15e) qui a servi de décor. Dans ce parc de 34 hectares où vivent 12.000 étudiants d’origines étrangères et ouvert au grand public, 70 tournages ont été réalisés en 2016. Une année record alors qu’en moyenne, le CIUP compte une cinquantaine de tournages par an (publicités, séries télé, talk-show, clips, défilés, films). Avec ses 1.001 décors, la Cité internationale a attiré 6 % des tournages d’Ile-de-France en 2016 sur un total de 848, selon le Journal du dimanche.

Un lieu de tournage de référence

Selon la responsable des tournages de la Cité internationale universitaire, Myriam Ghoudi, ce site est « le premier lieu de tournage à décors multiples en Ile-de-France ». Si on peut compter sur des studios plus grands, avec notamment la Cité du cinéma à Saint-Denis, le plus du CIUP, c’est « le décor naturel », comme le souligne un chef machiniste, présent, mardi pour le tournage d’une série de TF1. Son équipe fait partie des habituées des lieux.

Dans le salon d'une des 40 maisons de la Cité universitaire, Mourad Boudhiba, chef machiniste et Myriam Ghoudi, responsable des tournages (Illustration).
Dans le salon d'une des 40 maisons de la Cité universitaire, Mourad Boudhiba, chef machiniste et Myriam Ghoudi, responsable des tournages (Illustration). - C.ANGER

José de Hita, directeur d’une société de production, tourne ici depuis les années 1990, « au moment de Julie Lescaut ». Il se souvient également d’avoir « adapté l’histoire d’un film pour raconter un meurtre dans le campus ». Le plus souvent, il choisit un lieu à partir de photos, mais quand il s’agit de la Cité internationale universitaire, il sait à quoi s’attendre, en général.

Plusieurs raisons expliquent son choix de filmer dans ce « lieu mythique. C’est un endroit porte-bonheur et précieux ! Dans ces maisons, il règne une vraie atmosphère. Je ne connais aucune autre place où l’on peut trouver autant de cadres authentiques. » Chaque maison a son ambiance avec un « décor resté dans son jus ». Un couloir peut s’apparenter à celui d’un hôpital ou à la salle des pas perdus d’un tribunal. Puis, quelques mètres plus loin, c’est un salon aux décors boisés dans lequel vous entrez ! Autre petit avantage logistique cité par José de Hita. « Nous gagnons du temps car nous n’avons pas besoin de réserver des places de parking, comme c’est l’usage afin de tourner dans les rues de Paris. »

Des maisons de pays

Dans ce campus, différents états ont investi pour installer des résidences étudiantes. Chaque bâtisse a sa particularité et six d'entre elles sont inscrites ou classées aux monuments historiques : soit elle représente le patrimoine d’un pays, soit l’ouvrage est celui d’un architecte renommé (Le Corbusier, Claude Parent, Willem Marinus Dudok).

Dans la plus ancienne des maisons du CIUP, une des dépendances de la Fondation d’Émile Deutsch de la Meurthe, Le Petit Spirou a été réalisé en 2016. À une centaine de mètres de là, dans la Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est, Vanessa Paradis et Daniel Auteuil ont joué des scènes du film La fille sur le pont.

La grande salle de la Maison des étudiants de l'Asie du sud est.
La grande salle de la Maison des étudiants de l'Asie du sud est. - C.ANGER

La maison construite en 1933 sur demande de Cuba a permis à Florence Foresti d’interpréter des sketchs, en particulier, dans les vestiaires, le balcon et le salon pour la cérémonie des César du cinéma.

Une pléthore de films, séries et émissions a été tournée à la maison internationale car cette bâtisse imposante a souvent fait office de Palais de Justice.

La Maison internationale de la Cité universitaire a servi de cadre pour la série Julie Lescaut (Illustration).
La Maison internationale de la Cité universitaire a servi de cadre pour la série Julie Lescaut (Illustration). - C.ANGER

Côté étudiant, leur présence lors des tournages n’est pas prévue. « Les seules demandes de figurants concernent les émissions télévisées tournées avec du public où ils sont conviés à participer aux émissions. », complète Ozlem Yildirim, chargée de communication de la Cité internationale universitaire de Paris.

En plus d'être un lieu de tournage reconnu, le CIUP organise des visites guidés le dimanche après-midi.