Paris: Un squelette évoquant le monstre du Loch Ness aux enchères en mars

CULTURE Le Zarafasaura, un dinosaure de la famille des plésiosaures, possédait une tête de reptile au bout d’un long cou et disposait de quatre nageoires géantes…

20 Minutes avec agence
— 
Le cliché du monstre du Loch Ness en 1934
Le cliché du monstre du Loch Ness en 1934 — SIPA PRESS

Le squelette d’un Zarafasaura vieux de 66 millions d’années va être mis aux enchères le 7 mars prochain dans la salle des ventes parisienne de Drouot. Avec sa tête de reptile au bout d’un long cou et ses quatre nageoires immenses, ce dinosaure de l’espèce des plésiosaures a pour particularité d’évoquer la forme qu’on prête généralement au monstre du Loch Ness.

Bien que reconstituée à 75 % seulement, l’ossature de l’animal mythique devrait trouver preneur pour un montant compris entre 350.000 et 450.000 euros. Le squelette a été découvert en 2011 au Maroc. Et il a ensuite fallu quatre ans à des spécialistes italiens pour disposer correctement les ossements et donner à l’ensemble une position correspondant à une attitude qu’aurait pu adopter le dinosaure.

Divers profils pour les acheteurs potentiels

Quant aux types de clients qui pourraient se montrer intéressés, le doute demeure. « C’est notre première vente de dinosaure, donc on ne sait pas à quoi s’attendre et il n’existe pas vraiment de marché, même si les dinosaures semblent se vendre plutôt bien », explique ainsi au Figaro Raphaele Laxan, commissaire-priseur chez Binoche et Giquello, l’étude qui met le squelette en vente.



Particuliers, musées, grandes entreprises, les acheteurs potentiels peuvent avoir divers profils mais aussi souhaiter rester discrets. Ainsi, aucune information n’a été communiquée sur l’acquéreur du squelette d’Allosaurus adjugé pour un million d’euros à Lyon (Rhône) en décembre dernier.