Annonce de location raciste: L’agence immobilière incriminée exclue du réseau Laforêt

POLEMIQUE La décision de l’organe disciplinaire de la société ne met cependant fin ni à l’enquête ni à l’action de groupe…

20 Minutes avec agence
Illustration d'une agence immobilière Laforêt.
Illustration d'une agence immobilière Laforêt. — SIMON ISABELLE/SIPA

La Commission de règlement des litiges du réseau immobilier Laforêt a tranché. Elle a annoncé avoir pris à l’unanimité la décision d’exclure son agence des Lilas (Seine-Saint-Denis),à l’origine d’une fiche de location d’un appartement qui précisait ne vouloir « pas de noir ».

Mise en avant sur les réseaux sociaux par un internaute, l’affaire avait choqué en décembre dernier et provoqué une vive polémique. La propriétaire du bien à louer et les responsables de l’agence se renvoyaient mutuellement la responsabilité de la mention raciste.

Les « personnes concernées » ont été entendues

Fin décembre, la société Laforêt avait déjà présenté ses excuses, affirmé condamner les pratiques mises au jour et avait suspendu le contrat de franchise de l’agence incriminée. La séparation est désormais totale suite à la mesure prise par l’organe disciplinaire du réseau immobilier qui, cité par Le Figaro, indique « avoir entendu les personnes concernées ».

« Les conditions de location présentées par le franchisé sont particulièrement choquantes et absolument contraires aux valeurs du réseau Laforêt », ajoute-t-on chez Laforêt. L’entreprise fait par ailleurs partie des sociétés spécialisées dans l’immobilier ayant signé avec la Ville de Paris une charte-anti discrimination prévoyant, entre autres, la formation du personnel des agences sur cette question.

L’enquête et l’action de groupe se poursuivent

L’exclusion par le groupe Laforêt de l’agence des Lilas n’a cependant pas mis fin aux procédures en cours. Ainsi, l’enquête lancée par le Défenseur des droits, chargé de lutter contre les discriminations, va continuer.

Tout comme l’action de groupe entamée fin décembre par le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN). « Rien n’a été mis en place pour lutter contre la discrimination. La maison-mère ne peut pas se déresponsabiliser et rejeter la faute sur le franchisé », déplore ainsi le CRAN.