Les Parisiens de plus en plus noctambules

Magali Gruet - ©2007 20 minutes

— 

Les bars jubilent. Les clubs moins. Depuis un an la prolongation d'une heure du métro le samedi soir a eu des effets directs sur les habitudes nocturnes des Parisiens. Moins pressés pour attraper le dernier métro, ils consommeraient plus et plus tard selon les gérants de bars.

Rue de la Roquette (11e), qui regroupe bon nombre de bars du quartier de la Bastille, les serveurs sont unanimes. « Notre chiffre a augmenté le samedi soir, même si les clients ont tendance à arriver plus tard dans la soirée, car ils savent qu'ils auront une heure de rab », explique-t-on aux Furieux. A l'An Vert du Décor, les habitués confirment. « On se donne rendez-vous plus tard, on prend notre temps, car il n'y a plus à courir pour attraper le dernier métro. Désormais on a le temps d'aller au restaurant puis dans un bar, alors qu'avant il fallait rentrer juste après le café », explique Matthieu, la trentaine.

Si les bars profitent de cette mesure, les clubs subissent l'effet inverse. Au Cabaret, un club situé place du Palais-Royal (1er), les videurs ont aussi vu des effets sur leur clientèle du samedi. Mais l'impact est plutôt négatif. « Les gens arrivent plus tard, car ils traînent plus longtemps dans les bars avant de venir chez nous. Et ils arrivent souvent plus alcoolisés qu'avant. Cela a eu un effet sur les ventes de boissons : ils consomment moins et restent moins longtemps. Car l'heure de départ, vers 5 h 30, n'a pas changé, elle. » Camille, une habituée des lieux âgée de 25 ans, va même plus loin. « Maintenant que l'on peut aller dans un bar jusqu'à 2 h, on a parfois la flemme de se rendre en boîte si tard et on rentre chez nous. »