Vendredi, on gagne encore une heure

TRANSPORTS Après le samedi, les métros, trams et certains bus rouleront aussi jusqu'à 2h15 les vendredis soirs...

Mickaël Bosredon

— 

L'Unsa-RATP, deuxième syndicat de l'entreprise de transports d'Ile-de-France, a quitté mercredi la table des négociations sur le régime spécial de retraite des agents, jugeant qu'il n'y a "aucune marge de manoeuvre" mais n'étant pas pour le moment dans l'esprit d'une nouvelle grève.
L'Unsa-RATP, deuxième syndicat de l'entreprise de transports d'Ile-de-France, a quitté mercredi la table des négociations sur le régime spécial de retraite des agents, jugeant qu'il n'y a "aucune marge de manoeuvre" mais n'étant pas pour le moment dans l'esprit d'une nouvelle grève. — Patrick Kovarik AFP/Archives

Métro, boulot, et dodo, mais de plus en plus tard. Un an après l'allongement d'une heure de la circulation des métros les samedis soirs, le Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) met en place aujourd'hui la même mesure pour les vendredis soirs. Les métros, trois lignes de tramway, ainsi que 70 lignes de bus circuleront donc jusqu'à 2 h 15 les vendredis et samedis.

Les RER ne font pas partie du dispositif, notamment pour des raisons de disponibilité de sillons de circulation la nuit. « Mais on ne peut pas dire que la banlieue soit oubliée », assure Thierry Guimbaud, du Stif. « Près de 70 lignes de bus, connectées à des stations de métro et desservant la petite couronne, circuleront elles aussi jusqu'à 2 h 15. Nous sommes bien conscients qu'il ne sert à rien de faire rouler les métros plus tard, si les habitants de la banlieue ne peuvent pas rentrer chez eux. Et je rappelle que quarante lignes de Noctilien, desservant la petite et la grande couronne, ont été créées ces trois dernières années. » Cette mesure coûtera désormais 26 millions d'euros par an au Stif.

Cela faisait « plus de trente ans qu'on n'avait pas touché aux horaires du métro », insiste Thierry Guimbaud. Mais il est probable qu'une pause soit observée ces prochaines années avant, éventuellement, de rallonger encore ces horaires. « La question qui se posera à l'avenir, c'est la circulation des métros plus tard en semaine. Mais pour l'instant, la priorité est de développer les infrastructures de transports en banlieue », estime Jean-Paul Huchon, président PS de la région. La RATP souligne de son côté les contraintes techniques à faire rouler le métro de plus en plus tard. « Nous avons absolument besoin d'une période sans aucune circulation, pour réaliser les travaux de maintenance sur les rames et sur les rails. L'organisation actuelle est la plus optimisée », affirme Philippe Martin, directeur général adjoint de la RATP. Qui alerte aussi sur la « saturation du réseau ».


Pour dire ce que vous pensez du dispositif, cliquez ici...