Polémique autour du port des Champs-Elysées

Sophie Caillat - ©2007 20 minutes

— 

Un kilomètre de berges qui vaut de l'or. Le port des Champs-Elysées (8e), portion de quai située entre le pont des Invalides et la passerelle Sol­férino, au pied du Petit Palais, est voué à un prestigieux avenir. Son gestionnaire, Voies navigables de France (VNF), a lancé un appel à projets et attend des offres de service dans les jours à venir. « Nous voulons une activité culturelle de qualité mais viable financièrement », explique le président de l'administration, François Bordry.

Cinq lots sont proposés à l'aménagement, trois sur l'eau et deux sur la berge. Mais, classement des rives de Seine au Patrimoine mondial de l'Unesco et inondabilité obligent, ces constructions devront être démontables. VNF ne cache pas son souhait de « rentabiliser le domaine public afin de dégager des moyens pour l'entretien de la Seine ». C'est ce qui inquiète. L'Hôtel de Ville, invité à participer au jury, prévient qu'il « s'opposera à une privatisation des berges et veillera au respect de la continuité piétonne ». Le maire (UMP) du 8e arrondissement, François Lebel, « dit oui à de l'animation », mais voit mal « comment concilier la protection du lieu, qui veut dire qu'on ne peut rien construire, et sa rentabilisation par des équipements ». Quant aux riverains, les habitants des cinquante et un bateaux-logements amarrés là, ils ont déjà été échaudés par l'installation, il y a un an, du Showcase, espace événementiel et boîte de nuit située sous le pont Alexandre-III. L'un d'entre eux craint que, « sous couvert d'art et de culture, on camoufle des commerces hébergés dans des grosses baraques à frites flottantes ».