Paris: Un convoi humanitaire et médical part de l’Hôtel de Ville pour Alep

SOCIETE Ce convoi humanitaire composé de deux camions chargés de matériel et équipements médicaux traversera l’Europe pour venir en aide aux Aleppins…

Romain Lescuieux
— 
Deux camions humanitaires partent de Paris pour Alep
Deux camions humanitaires partent de Paris pour Alep — R.LESCURIEUX

Ultimes préparatifs. Alors que les premières évacuations des quartiers rebelles d’Alep ont commencé ce jeudi, un convoi humanitaire composé de deux camions chargés de matériel et équipements médicaux affrétés parl’Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux (UOSSM), est parti cet après-midi du parvis de l’Hôtel de Ville, pour rejoindre la ville syrienne. Avec à son bord, des lits, des brancards, des béquilles ou encore des médicaments. Soit 200 mètres cubes de denrées.

« Une pénurie médicale énorme »

« Face à l’extrême urgence de la situation, nous avons collecté depuis une semaine du matériel en France et en Ile-de-France. Désormais remplis, nos camions vont rejoindre le cortège baptisé "People Convoy" qui part de la Grande-Bretagne et traversera l’Europe pour parvenir dans la région d’Alep qui connaît actuellement une pénurie de matériel médical énorme », détaille Chadi Homedan, praticien hospitalier et responsable du convoi au sein de l’UOSSM. Cette ONG a été créée par des médecins Franco-Syriens en 2012 au début de la guerre civile dans le but de venir en aide aux populations affectées par la guerre en Syrie. « C’est une journée historique et symbolique », s’exclame Ziad Alissa, président de la structure.



Via la Belgique, l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie et la Turquie, le matériel sera acheminé par voie terrestre aux abords d’Alep et distribué aux structures sanitaires. « Les 100.000 personnes qui vont être évacuées et réparties dans la région nord, vont avoir besoin de ce soutien médical », précise Chadi Homedan. L’idée de cette initiative est aussi de « donner l’opportunité à tous les citoyens européens qui vont croiser ce convoi de nous aider », explique-t-il en lançant un dernier appel. « Que les hôpitaux et les CHU français donnent les surplus de médicaments à cette population syrienne qui souffre. Ils manquent de tout ».

Sur le parvis, quelques minutes avant le départ des camions, la mairie de Paris, Anne Hidalgo, qui a reçu la semaine dernière Brita Hagi Hassan, maire d’Alep-Est, a tenu à saluer cette opération, devant des Parisiens rassemblés pour l’occasion.

« Nous sommes en soutien complet »

« Il y a urgence pour cette ville qui a été massacrée et saccagée avec sa population. Nous devons être à vos côtés et nous sommes en soutien complet depuis plusieurs mois aux associations qui viennent en aide aux réfugiés et aux personnes qui vivaient sous les bombardements », affirme l’édile, rappelant qu’un million d’euros a été débloqué pour venir en aide à la population syrienne.

Après sa rencontre maire d’Alep-Est, Anne Hidalgo a également décidé d’une série d’actions. Un courrier a été transmis au Pape pour lui demander d’intervenir en faveur d’une solution de paix en Syrie, une banderole a été installée sur la façade de l’Hôtel de Ville pour manifester la solidarité des Parisiens et un courrier adressé au congrès mondial des Maires (CGLU) pour les inviter à mener eux aussi des actions de soutien. Mercredi soir, la tour Eiffel a, elle, été éteinte en soutien à Alep. Place maintenant aux camions de l’espoir. « Ce convoi ne sera ni le premier ni le dernier », promet Chadi Homedan.