Mélanie Pawlik, 22 ans, Miss Montmartre 2017
Mélanie Pawlik, 22 ans, Miss Montmartre 2017 — R.LESCURIEUX

SOCIETE

Paris: Jalousie, Foire du Trône, carnaval et vendanges… La vie chargée de Miss Montmartre

Romain Lescurieux

Alors que le concours Miss France se déroule ce samedi, Miss Montmartre 2017 a, elle, été élue au début du mois de décembre chez un caviste du 18e arrondissement…

Elle est sortie victorieuse d’un concours marqué par la « jalousie » de ses concurrentes. Quelques jours avant l’élection de Miss France qui se déroule ce samedi soir à Montpellier, Mélanie Pawlik, 22 ans, a, elle, gagné le titre de Miss Montmartre 2017.  Organisé par l’association Le Petit Montmartre et habituellement orchestré dans un bar irlandais au pied du Moulin Rouge (voir vidéo), cet événement s’est déroulé cette année pour sa 7e édition, chez un caviste du 18e arrondissement. Entre bouteilles de jaja et diadèmes à gogo.

« On fait comme chez Miss France »

Dans l’allée de l’échoppe, six candidates âgées de 18 à 23 ans et « célibataires » ont défilé devant un jury de trois « professionnels » : « La secrétaire de l’association, un cadre commercial retraité d’une usine automobile et un vendeur au rayon mode dans un grand magasin », détaille Sébastien Zurcher, coupe de champagne à la main. « Je n’aime pas le café », gouaille-t-il, gapette sur la tête. Lui, c’est l’agent de Miss Montmartre, secrétaire générale de l’association, chef de la communication et fondateur du concours.

L'élection de Miss Montmartre 2017 dans le 18e
L'élection de Miss Montmartre 2017 dans le 18e - S.Zurcher / G.Caron

« J’ai recréé en 2010 le comité Miss Montmartre qui s’était arrêté en 1964. Et on fait comme chez Miss France », sourit-il. Sur des critères de « disponibilité », de « fiabilité », de « tenue » et de « beauté », Mélanie – qui avait été contactée via son book en ligne par le comité – a donc gagné sa couronne « avec une belle avance » sur les autres, ajoute Sébastien. A côté de lui, cette étudiante licenciée en Sciences sociales et actuellement hôtesse d’accueil, sourit et se prépare à douze mois « chargés ».

>> A lire aussi : Dans les coulisses des répétitions de Miss France à Montpellier

Foire du trône, vendanges et hôpitaux 

Durant un an, cette habitante de Montmartre « depuis toujours » va représenter son quartier. A Paris, mais pas seulement. En tant que bénévole, « elle peut être appelée partout : en Ile-de-France, en province et à l’étranger », parle pour elle, Sébastien. Elle va également apporter des jouets aux enfants malades dans des hôpitaux de la capitale et prendre part à différentes manifestations comme la grande parade du 1er janvier de Marcel Campion sur les Champs Elysées, l’ouverture de la Foire du Trône, les vendanges de Montmartre ou encore son carnaval. En moyenne : un événement est prévu tous les week-ends. Comme le vit-elle ? Son discours est tout cas déjà bien rodé.

« Je compte assister à tous les événements en montrant une belle image de moi-même et de Paris : classe, discrète et disponible. C’est ma priorité et j’ai les qualités pour », avance-t-elle sous le regard de Sébastien. Et pour cause. Le faux pas ne semble pas permis. Son avenir de « Miss » en dépend.

« Si elle respecte son contrat à l’année, on l’envoie »

« Nous sommes en relation avec Madame de Fontenay. Si elle veut continuer dans le métier de Miss, elle peut être candidate pour l’Ile-de-France au concours de Miss Prestige National. Mais c’est nous qui irons l’inscrire. Ce n’est pas à elle de le faire », lâche, un brin autoritaire, Sébastien. Comment cela est-il décidé ? L’assiduité, selon l’organisateur. « Si elle respecte son contrat à l’année, on l’envoie. Si elle ne vient que trois ou quatre fois aux événements, ça ne sert à rien. Si elle fait le coup chez de Fontenay, ce n’est pas valable », prévient-il. Mais Mélanie a-t-elle envie d’aller jusque-là ?

>> A lire aussi : >> Lire aussi. Miss Prestige National, une soirée entre ultra-sons et sketchs de Geneviève de Fontenay

« Je ne sais pas. Je ne m’imaginais déjà pas arriver là, donc c’est trop tôt pour le dire. » En attendant, elle n’hésite pas à donner quelques conseils aux candidates de l’élection de Miss France pour ce samedi : «Restez vous-même et surtout pas de jalousie», dit-elle en faisant référence à son couronnement. Selon Mélanie Pawlik, « il faut être contente pour celle qui a gagné », note-t-elle, tandis que Sébastien porte son bouquet de fleurs dans les escaliers de la Butte.