Proxénétisme: Ils louaient des Airbnb qu'ils transformaient en lieu de prostitution

FAITS DIVERS Un vaste réseau de prostitution a été démantelé par la brigade de répression du proxénétisme la semaine dernière. Les proxénètes menaient la grande vie. Les filles, elles, n’avaient presque rien…

Fabrice Pouliquen

— 

Illustration police nationale
Illustration police nationale — LODI Franck/SIPA

La brigade de répression du proxénétisme (BRP) de la police judiciaire parisienne vient de démanteler un réseau de prostitution d’envergure. Dix personnes ont été interpellées la semaine dernière, cinq ont été placées en détention provisoire, indique Le Parisien. Ils sont soupçonnés d’avoir organisé la prostitution d’une quinzaine de jeunes filles originaires de cités d’Ile-de-France.

Les proxénètes multipliaient les escroqueries

Et pour mener à bien leur commerce, ces proxénètes réservaient des hôtels mais aussi des appartements Airbnb qui devenaient des lieux de prostitution. « Au-delà des faits de proxénétisme, les organisateurs de ce réseau multipliaient les escroqueries en réglant les chambres avec des cartes prépayées, alimentées avec d’autres cartes bancaires frauduleusement obtenues », explique, au Parisien, une source proche du dossier. Les deux principaux organisateurs du réseau menaient alors grand train et ne laissaient que très peu d’argent aux filles prostituées.

50 policiers mobilisés

Près de cinquante policiers de la BRP ont été mobilisés pour réaliser ce coup de filet, précise Le Parisien. Des domiciles de plusieurs suspects ont été perquisitionnés dans le 16e, à Châtillon (Hauts-de-Seine), Valenton et Villejuif (Val-de-Marne), Argenteuil (Val-d’Oise), et Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Le principal commanditaire de ce réseau serait un certain Vickos, 20 ans, originaire de Montmorency (Val-d’Oise).