Paris: Le patriarche de Moscou a consacré la nouvelle cathédrale orthodoxe

SOCIETE La chanteuse Mireille Mathieu, coiffée d'un foulard comme la majorité des femmes présentes, a pris place dans les premiers rangs de l'assemblée...

R.L. avec AFP
— 
La nouvelle église orthodoxe de Paris inaugurée ce mercredi 19 octobre.
La nouvelle église orthodoxe de Paris inaugurée ce mercredi 19 octobre. — Christophe Ena/AP/SIPA

Le patriarche de Moscou Kirill a consacré dimanche matin, à l’occasion de sa première visite en France, la cathédrale du nouveau Centre spirituel et culturel orthodoxe russe, au coeur de Paris, a constaté un journaliste de l’AFP.

>> Lire aussi. Cette église orthodoxe que veut tant Poutine

Ce complexe de quatre bâtiments, financé par la Fédération de Russie

Coiffée des cinq bulbes dorés caractéristiques de l’architecture religieuse russe, cette église Sainte-Trinité fait partie du vaste « centre spirituel et culturel orthodoxe russe » inauguré le 19 octobre dernier. La cérémonie s’était alors déroulée avec un faste atténué par l’absence du président russe Vladimir Poutine, en pleine brouille entre Paris et Moscou sur la Syrie.

Ce complexe de quatre bâtiments, financé par la Fédération de Russie et dessiné par l’architecte français Jean-Michel Wilmotte comme un feuilleté de pierre et de verre, a été construit sur un site exceptionnel, au pied du pont de l’Alma.

>> Lire aussi. La Russie inaugure son vaste centre orthodoxe à Paris… sans Poutine

Kirill, 70 ans, effectue jusqu’à lundi sa première visite pastorale en France depuis son élection en janvier 2009 au siège de « patriarche de Moscou et de toute la Russie », qui fédère plus de la moitié des quelque 250 millions de chrétiens orthodoxes dans le monde. C’est seulement la seconde visite d’un chef de l’Eglise orthodoxe russe en France, après celle d’Alexis II en octobre 2007.

Mireille Mathieu dans les premiers rangs

Signe de l’importance de l’événement dans la communauté, Kirill était entouré pour la consécration du nouveau siège de son évêché en France d’une douzaine d’évêques orthodoxes. Parmi eux figuraient le métropolite (grec) Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France (AEOF), Mgr Nestor, l’évêque du patriarcat de Moscou pour la France et le métropolite Joseph (orthodoxes roumains). Et même Mgr Jean, dont l’archevêché des Eglises russes en Europe occidentale, basé rue Daru à Paris, et qui dépend du patriarcat de Constantinople, entretient des relations compliquées avec celui de Moscou.

Grand amie de la Russie, la chanteuse Mireille Mathieu, coiffée d’un foulard comme la majorité des femmes présentes, avait pris place dans les premiers rangs de l’assemblée.

L’église, modeste en superficie (450 mètres carrés) mais très haute sous son grand dôme culminant à plus de 36 mètres du sol, est désormais la cathédrale du diocèse dit de Chersonèse, la juridiction pour le patriarcat de Moscou en France - une vingtaine de communautés paroissiales et monastiques -, Suisse, Espagne et au Portugal.

Le diocèse était à l’étroit dans son église des Trois-Saints-Docteurs, un ancien garage du 15e arrondissement, que Kirill a visitée samedi. Peu avant 10h00 a débuté, après le rite de consécration proprement dit, la « divine liturgie », l’eucharistie orthodoxe, qui dure environ 2h30, en slavon (la langue de l’Eglise russe).