SNCF: Un document interne «insultant» et «raciste» envers les salariés

POLEMIQUE La liste concerne des « agents de départ », chargés de donner le feu vert au départ des trains...

20 Minutes avec AFP

— 

Le logo de l'opérateur de trains SNCF lors d'une exposition à Paris
Le logo de l'opérateur de trains SNCF lors d'une exposition à Paris — ERIC PIERMONT AFP

Un document manuscrit, récemment découvert, recense environ 25 agents de la gare Saint-Lazare, à Paris, en leur accolant des commentaires « insultants » et « racistes », a indiqué mardi à l’AFP le syndicat SUD-Rail,confirmant une information du Parisien.

« Très chiant côté sécurité », « racaille bas de plafond »

Pour Fabio Ambrosio, responsable syndical à Sud-Rail, le document, découvert au début du mois par un agent, mélange des remarques d’ordre professionnel tel que « bon », « pas bon », à des informations sur l’appartenance syndicale et des commentaires « insultants », « racistes » ou relatifs à la vie privée.

La liste concerne des « agents de départ », chargés de donner le feu vert au départ des trains. « Sur un ou deux, il est écrit "vient de divorcer" ou "marié à une étrangère" avec la nationalité de la dame. Je ne vois pas trop ce que cela vient faire là », poursuit Fabio Ambrosio.

« Très chiant côté sécurité », « racaille bas de plafond », « un peu conne », « cafte les autres » sont quelques exemples cités par le Parisien, des commentaires écrits par un manager.

« La liste n’a fait l’objet d’aucune diffusion jusqu’à ce jour »

La direction a adressé ses excuses à l’ensemble des agents le 15 novembre, après avoir été saisie par les syndicats. « Cette liste […] contient des propos inappropriés, injustifiés » a écrit le dirigeant d’unité opérationnelle de la gare Saint-Lazare dans son courrier, reproduit partiellement par le Parisien.

« La liste n’a fait l’objet d’aucune diffusion jusqu’à ce jour. […] Je n’en avais pas connaissance et cela n’a donc en rien influencé les choix managériaux », poursuit l’auteur.

Un fait dont doute le responsable syndical de SUD-Rail qui cite des exemples plus anciens comme à Cergy en 2013 ou à Bordeaux il y a une dizaine d’années. « Sans aller jusqu’à dire que ce type de fichier est systématique, ce n’est surement pas un cas isolé. C’est une méthode de management qui vise à faire pression sur certains salariés. »

Ce n’est pas la première fois qu’une affaire de fichage de salariés est révélée. En avril dernier, la CGT avait dénoncé une pratique similaire concernant des conducteurs de la RATP.