Yvelines: Un CRS condamné à 11 ans de prison pour avoir exigé des faveurs sexuelles contre l’annulation de PV

JUSTICE L’accusé a raconté qu’il ciblait des automobilistes « jolies » et « vulnérables »…

20 Minutes avec AFP

— 

Le CRS a notamment été recnnu coupable de viol (illustration).
Le CRS a notamment été recnnu coupable de viol (illustration). — FRED SCHEIBER

Il demandait des faveurs sexuelles à des femmes automobilistes contre la promesse de ne pas les verbaliser. Un  CRS a été condamné ce vendredi à Versailles à onze ans de réclusion criminelle pour viols, agressions sexuelles, corruption et exhibition.

Après six heures de délibérations, la cour d’assises des Yvelines a jugé Teddy A. coupable d’avoir proposé des relations sexuelles à dix femmes contre l’annulation de leurs procès verbaux, d’avoir violé l’une d’elles à deux reprises, agressé sexuellement celle-ci et quatre autres, et de s’être exhibé devant l’une.

Un pourvoi en appel ?

Le policier de 37 ans, aujourd’hui révoqué, est en outre condamné à un suivi socio-judiciaire de cinq ans et à une injonction de soins, ainsi qu’à une interdiction définitive d’exercer dans la fonction publique.

« Nous étudions l’éventualité d’un appel », a réagi son avocat, Me Laurent Barone.

>> A lire aussi : En France, la culture du viol continue de faire des ravages

Jugé depuis lundi, l’ancien CRS d’une compagnie autoroutière d’Ile-de-France, écroué depuis trois ans, avait reconnu toutes les accusations, sauf la plus grave : avoir violé une jeune femme à deux reprises. Mais la cour a jugé les déclarations de cette femme, « constantes et circonstanciées », « très crédibles ».

L’accusé a « dévoyé l’uniforme dont il était si fier », il s’est comporté comme « un prédateur sexuel », « un pervers », avait lancé dans la matinée l’avocat général Philippe Ferlet en demandant une peine de 15 ans.

Sentiment d’impunité

« Fort du port de l’uniforme, il agit avec un réel sentiment d’impunité », a déclaré le représentant de l’accusation, avant de décrire un « mode opératoire bien rodé » : d’abord un contrôle routier, la plupart du temps devant le « Pacha Club », une boîte de nuit des Yvelines, « son vivier de jeunes femmes alcoolisées ».

Ensuite, une menace de verbalisation suivie d’une promesse d’indulgence « pour se présenter sous un bon jour » et « resserrer son étau », demander des faveurs sexuelles à ces femmes et, dans certains cas, les agresser.

L’accusé a raconté qu’il ciblait des automobilistes « jolies » et « vulnérables » : l’une se trouvait seule avec ses enfants, les autres « avaient consommé de l’alcool, elles étaient en faute, je me servais de ce prétexte ».

« Irrésistible » en uniforme

Ce petit homme à la voix fluette a opposé le « manque de sexe à la maison » à son allure « irrésistible » en uniforme : « Je me disais : "Je peux faire ce que je veux" ».

« Son vrai plaisir n’est pas dans l’agression, il est d’avoir du pouvoir sur ces jolies filles », a plaidé Me Laurent Barone, son avocat. « Il est lourd, mais il s’arrête de lui-même », « il n’a aucune conscience du mal qu’il fait ».

Plusieurs femmes ont relaté à la barre leur rencontre avec lui. L’une a décrit des caresses « jusqu’à l’aine ». « Il s’est masturbé avec ma main », a raconté une autre. Une troisième a cru qu’elle n’allait « pas s’en sortir ».

Récidiviste

Passées la sidération et la honte, plusieurs ont eu peur de ne pas être crues et renoncé à porter plainte. Certaines souffrent encore aujourd’hui d’angoisses ou de blocages sexuels.

Après la plainte d’une victime en 2011, le policier, jusque-là très bien noté, avait été suspendu pendant neuf mois entre 2012 et 2013 et écopé d’un rappel à la loi.

>> A lire aussi : Agressions, viols, tentatives de viols…Une femme sur sept victime de violence sexuelle dans sa vie

Redevenu CRS en exercice, ce père de deux jeunes enfants avait récidivé auprès de plusieurs femmes en 2013. La plainte pour exhibition sexuelle de l’une d’entre elles avait déclenché l’enquête qui a permis d’identifier dix victimes depuis 2010.

« Il y a pour moi une faute » de la police, qui ne l’a pas assez surveillé, a estimé son avocat. L’avocat général, pointant les conditions de travail difficiles des policiers, a estimé au contraire que « ce n’est pas ici le procès de l’institution policière ».

« Je tiens à présenter mes excuses aux victimes que j’ai choquées par mon comportement », a déclaré l’accusé à la fin des débats.