Le remboursement des usagers en question

Mickaël Bosredon - ©2007 20 minutes

— 

Qui va payer la note ? Après neuf jours de grève, la SNCF et la RATP annoncent une amélioration du trafic à partir d'aujourd'hui. Tout le monde semble d'accord sur le principe d'une indemnisation des usagers, mais les modalités, ainsi que les montants, font l'objet d'âpres discussions depuis hier. Le président de la RATP, Pierre Mongin, a annoncé hier soir qu'il « proposera la semaine prochaine à son conseil d'administration une mesure de compensation financière pour l'ensemble des abonnements de janvier 2008 ». Un revirement, puisqu'il estimait jusque-là que c'était au Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif) de régler cette question, la RATP lui ayant versé durant la grève une pénalité d'un million d'euros par jour. Il avait même qualifié cette amende d'« enrichissement sans cause » pour le Stif.

Des propos jugés inacceptables par Jean-Paul Huchon, président du Stif, « surtout que rien ne tombe dans l'escarcelle du syndicat. Nous versons à la RATP 1,9 milliard d'euros par an, soit 5,3 millions d'euros par jour. Le contrat stipule qu'il y a des amendes si le niveau de service n'est pas satisfaisant. Pendant neuf jours, il n'y a pas eu de service du tout, et nous avons pourtant maintenu les recettes de la RATP. Nous allons certes lui retirer environ 10 millions d'euros à la fin de l'année, mais l'indemnisation des usagers reste le souci de la RATP, pas du Stif. » Idem pour la SNCF, qui avait déjà annoncé qu'elle ferait un geste pour les usagers.

Cette polémique éclate en pleine renégociation de ces fameux contrats, qui doit être terminée le 31 décembre. « Nous souhaitons d'ailleurs durcir cette clause sur les pénalités », annonce Jean-Paul Huchon.