Ponctualité en Ile-de-France: Satisfaisant pour le métro, très insuffisant pour les RER A et D

TRANSPORT Le Syndicat des transports d’Ile-de-France a rendu public ce mardi son rapport  sur la ponctualité 2016 des transports en commun dans la région…

Fabrice Pouliquen

— 

Le quai de la ligne du RER A à la station Châtelet-Les Halles.
Le quai de la ligne du RER A à la station Châtelet-Les Halles. — M.ASTAR/SIPA

Ce mardi midi, Valérie Pécresse, présidente de la région et du Stif, l’autorité régulatrice des transports en Ile-de-France, a remis les copies 2016 à la SNCF et la RATP jugées chaque année sur la qualité de service sur leurs lignes de transports en commun. Et par qualité de service, il faut entendre surtout ponctualité des rames.

Bien sauf pour la ligne 6

C’est le réseau métropolitain, géré par la RATP, qui s’en sort le mieux. Dans l’ensemble, la ponctualité des quatorze lignes se maintient. Une tendance positive que le Stif note depuis plusieurs années maintenant. Même la ligne 13, très chargée, s’affiche en vert avec 96,4 % des rames arrivées dans les temps en heure de pointe, entre janvier et août 2016 contre 96,2 % en 2015. Un score qui permet à la ligne 13 d’atteindre à 0,1 point prêt l’objectif demandé par le Stif (96,5 %).

La ligne 6 a vu la ponctualité de ses rames dégringoler en 2016 en raison notamment des nombreux alertes au colis piégé.
La ligne 6 a vu la ponctualité de ses rames dégringoler en 2016 en raison notamment des nombreux alertes au colis piégé. - / document Stif

Sept lignes de métro voient leur régularité en heure de pointe baisser en 2016, mais elles restent malgré tout au-dessus des objectifs fixés par le Stif. A l’exception de la ligne 6 dont la ponctualité a chuté de 98,2 % en 2016 à 95,7 % en 2015. Une dégringolade que Valérie Pécresse explique notamment par le nombre important d’alertes au colis piégé sur cette ligne.

Du mieux pour les lignes K, H et L…

Sur les cinq lignes de RER (A, B, C, D et E) et les huit lignes de transilien (H, J, K, L, N, P, R et U), ça se corse en revanche. Il n’y a en fait que la ligne U La Défense-La Verrière (Yvelines) qui atteint tout juste l’objectif contractuel fixé, 94,2 %, quand le Stif demande 94 %. Toutes les autres sont en dessous. Les RER A, C, D et les lignes J, L et R n’atteignent même pas le seuil minimal établi par le Stif.

La qualité du service reste très insuffisante sur les RER A et D estime le Syndicat des transports d'Ile-de-France
La qualité du service reste très insuffisante sur les RER A et D estime le Syndicat des transports d'Ile-de-France - / document Stif

Valérie Pécresse note toutefois du positif. Le RER B, par exemple, maintient son taux de ponctualité proche des 90 % après avoir amélioré ce chiffre de manière continue depuis 2013 et la mise en place d’une gestion conjointe SNCF-RATP de la ligne. L’arrivée de nouvelles rames a aussi amélioré la qualité du service sur les lignes H et K qui desservent le nord de l’Ile-de-France. « Depuis le 2 septembre et l’arrivée des nouvelles rames sur la ligne K, nous avons enregistré 30 jours à 100 % de régularité, ce qui est une performance à souligner en Ile-de-France », indique Alain Krakovitch, directeur de SNCF Transilien. La refonte des grilles horaires a aussi particulièrement marché sur la ligne L, qui dessert l’ouest de l’Ile-de-France depuis la gare Saint-Lazare. La ponctualité y est passée de 83,3 % en 2015 à 89 % en 2016. Un bémol toutefois : les difficultés persistent sur la branche 3 de la ligne L vers Cergy-Le Haut où la voie est partagée avec le RER A.

>> A lire aussi: Une nouvelle campagne «démoniaque» contre les fraudeurs des transports en commun en Ile-de-France

Très insuffisant pour les RER A et D

La situation est bien plus problématique pour les RER A et D. Le Stif juge la qualité de service très insatisfaisante sur ces deux lignes. Sur le RER A, la régularité reste bloquée à 85 % comme en 2015, ce qui en fait la ligne la moins ponctuelle d’Ile-de-France en 2016. Les travaux sur la ligne, les limitations temporaires pour fortes chaleurs ou encore les incidents caténaires expliquent en partie ce mauvais score.

La situation sur le D, guère reluisante déjà l’an passé avec 86,3 % de ponctualité seulement, s’est dégradée en 2016, avec un taux de régularité de 85,2 %. Des travaux le week-end ou l’exploitation d’un tunnel partagée avec le RER B figurent parmi les causes avancées.

La qualité du service est aussi jugée insuffisante sur le RER C. La ponctualité chute de 0,6 point en 2016, passant de 89,4 % à 88,8 %. Même insuffisance pour la ligne P, qui dessert l’est de l’Ile-de-France, et la ligne R, qui relie Paris au sud-est de la région.

Des nouvelles rames très attendues

A la décharge de la SNCF et de la RATP, l’année 2016 a été particulièrement difficile. « Les inondations de juin, les mouvements sociaux et la menace terroriste ont entraîné des conditions de circulation dégradées », rappelle Valérie Pécresse. « Le nombre d’alertes au colis piégé a doublé en 2016 sur la plupart des lignes », illustre Alain Krakovitch.

>> A lire aussi: Incendie criminel sur un chantier de métro, 1 million de préjudice

La SNCF et la RATP misent alors sur la poursuite du programme de renouvellement du matériel roulant – la région veut remplacer ou rénover 708 trains d’ici 2021 –, la refonte des horaires ou la lutte contre les malveillances pour tenter d’améliorer la ponctualité des lignes franciliennes.