Ile-de-France: A la base nautique de Vaires-sur-Marne, les yeux sont rivés sur les Jeux olympiques

JEUX Paris 2024 présente son projet ce mardi à Doha, à l’occasion de l’Assemblée générale de l’Association des Comités Olympiques Nationaux. Parmi ses arguments : la base nautique de Vaires-sur-Marne…

Romain Lescurieux

— 

Le chantier sur l'Ile de loisirs de Vaires-Torcy (Seine-et-Marne)
Le chantier sur l'Ile de loisirs de Vaires-Torcy (Seine-et-Marne) — R.LESCURIEUX

Vaires-sur-Marne, l’atout phare ? Cette commune de Seine-et-Marne située à une trentaine de kilomètres à l’est de Paris abrite en bordure d’un lac de 90 hectares, une base nautique. Et pas n’importe laquelle. En cours de réaménagement, celle-ci accueillera en cas de victoire de la candidature parisienne aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024, les épreuves d’aviron et de canoë-kayak.

Alors que le projet de Paris est présenté ce mardi à Doha, à l’occasion de l’Assemblée générale de l’Association des Comités Olympiques Nationaux, « 20 Minutes » a fait le tour de ce chantier.

>> Lire aussi. Paris 2024 : « Les Jeux Olympiques seraient un accélérateur de transformations pour la Seine-Saint-Denis »

Un stade d’eau vive livré en 2018

Avec ses 380 hectares, cet espace géré par la région Ile-de-France est divisé en deux sites géographiques : une zone dédiée aux loisirs et une à la pratique sportive de haut niveau. En travaux, cette dernière s’articulera autour de trois rivières artificielles : un canal d’amené, une rivière de compétition et une autre d’entraînement. Au milieu, un bâtiment de 14.000 mètres carrés, servira de point névralgique en accueillant le pôle sportif, les fédérations d’aviron et de canoë-kayak, les zones de stockage pour le matériel, des vestiaires ou encore des hébergements.

Le projet de la base nautique
Le projet de la base nautique - Julien Combes pour AUER + WEBER + ASSOZIIERTE

Ce chantier d’ampleur, unique en Ile-de-France et mobilisant plus de 200 personnes a débuté en janvier 2016 et sera livré en 2018. Montant total : 75 millions d’euros. Alors, forcément l’objectif 2024 est affiché et ne date pas d’hier. « Ce site a vu le jour dans les années 70 sur d’anciennes gravières. Dans ce cadre, le lac a été créé dès le début pour être aux normes dans les courses d’aviron et pour pouvoir accueillir un jour les Jeux olympiques », détaille Thierry Bourgain, chargé ‎de missions sur l’île de loisirs de Vaires-Torcy pour la région Ile-de-France Un but qui pourrait devenir réalité grâce à de nombreux atouts, selon la région.

>> Lire aussi. Paris 2024: 6,2 milliards annoncés, mais le budget des JO peut-il vraiment être respecté?

« Pouvoir réunir sur un même lieu le canoë-kayak ainsi que l’aviron »

« Avec Valérie Pécresse, nous souhaitons que le stade nautique d’Ile-de-France soit le plus moderne et le plus performant en Europe. Il sera en effet l’un des trois seuls sites au monde, avec Pékin et Sydney, a pouvoir réunir sur un même lieu le canoë-kayak slalom et en ligne, ainsi que l’aviron. Situé sur la propriété régionale de l’Ile-de-Loisirs de Vaires-Torcy, il s’insère parfaitement dans un cadre paysager magnifique et éco-responsable », note Patrick Karam, vice-président de la Région Île-de-France en charge des sports, de la jeunesse et de la vie associative. « Enfin, comme l’ensemble des sites olympiques et paralympiques, il sera accessible en moins de 30 minutes du village des Athlètes et du centre de la capitale », ajoute-t-il.

La base nautique de Vaires-sur-Marne
La base nautique de Vaires-sur-Marne - R.LESCURIEUX

« Cet un ancien espace industriel devenu naturel est aux portes de Paris, de Marne la Vallée, de l’aéroport Roissy Charles de Gaule, et près de la gare de Torcy et de la future station de Chelles », rappelle en effet Thierry Bourgain. Le chargé de mission rappelle toutefois que les Jeux ne sont pas non plus l’ultime priorité pour ce site qui figurait déjà dans la candidature de Paris 2012.

Des événements sportifs sont déjà prévus

« Nous avons pensé le site dans la vie de tous les jours avant de penser aux Jeux. Ce projet qui s’inscrit dans un développement économique et touristique servira le territoire et la région », insiste-t-il. Des événements sportifs sont déjà prévus pour l’année 2018: la 10ème édition des Gay Games pour les épreuves d’aviron et le Championnat de France Elite de slalom en Canoë-Kayak. De plus, le site servira de pôle d’entraînement pour les équipes de France d’aviron et de canoë. « Comme Fontainebleau pour l’escalade, ce site peut devenir un haut lieu francilien des activités de loisirs et du sport-nature », affirme Patrick Karam. A la mairie, on s’en réjouit d’avance.

« Cette nouvelle offre va attirer du monde et c’est une bonne chose pour notre ville de 113.500 habitants », indique-t-on dans l’entourage du maire Jean-Pierre Noyelles (LR) précisant qu'« évidemment, nous espérons avoir les Jeux. »