Copie non conformiste

Magali Gruet - ©2007 20 minutes

— 

Un autre Delanoë est possible, telle sera sa devise. L'ancien fondateur du squat du 59, rue de Rivoli (1er) entame une nouvelle performance. Gaspard Delanoë, de son véritable nom, vient d'ouvrir ses comptes de campagne et se lance dans les municipales en s'appuyant sur un programme « décalé ». « Les politiques ne sont pas du tout présents dans tout ce qui est de l'ordre de la fantaisie, du rêve ou de l'utopie, par souci d'image. Or l'utopie d'hier peut devenir réalité aujourd'hui. Regardez les congés payés », plaide-t-il. A 39 ans, il a troqué ses cheveux longs en bataille pour une coupe stricte et refuse de se faire prendre en photo avec ses lunettes. « Les hommes politiques n'en portent plus », souffle-t-il, soucieux de coller au personnage.

Mais la ressemblance s'arrête là, car l'artiste avance des mesures baroques, qui écorchent autant la droite que la gauche. On y retrouve des propositions d'inspiration Verte, comme « développer un réseau de transports en montgolfière sur Paris » ou « construire des parkings d'ULM ». Des tacles à la politique du « vrai » Delanoë, comme « la destruction du vieux Paris, remplacé par de magnifiques buildings designés par Rem Koolhaas, Jean Nouvel et Philippe Starck ». Et l'UMP n'est pas épargné quand Gaspard se propose d'« élargir à l'ensemble des arrondissements la proposition qu'avait lancée Jean Tiberi dans le 5e : accorder le droit de vote aux décédés ». « On peut dire des choses avec de l'humour et avoir du fond », explique-t-il.

Son programme est cependant acide. Il caricature « la démagogie des grands partis. L'UMP et le PS disent tout et leur contraire dans leurs propositions (...). Alors moi aussi, je ne m'interdis pas d'être contradictoire », assène-t-il. Mais n'est-ce pas un peu facile de critiquer ? « Ce qui est facile, c'est de jouer sur la peur pour se faire élire », rétorque l'artiste, en référence aux « dernières élections ». Il devrait se présenter à la mairie du 10e, où il habite, et invite tous les internautes à lui faire des propositions via son blog*. On lui a déjà soufflé l'idée du « Célib' », des bornes de célibataires en libre-service, qu'il devrait intégrer dans son programme.