Paris : Scalpé en pleine rue, ses agresseurs présumés interpellés

FAITS DIVERS La victime, âgée de 18 ans, avait été frappée par des inconnus munis d’armes blanches dans un contexte d’affrontements entre bandes rivales au sein de la communauté tamoul…

Fabrice Pouliquen

— 

Police nationale - Illustration
Police nationale - Illustration — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

L’affaire serait en passe d’être résolue. Les policiers du deuxième district de police judiciaire (DPJ) viennent en tout cas de confondre les auteurs présumés d’une agression dans le 18e arrondissement remontant au 25 avril dernier, rapporte Le Parisien.

En partie scalpé

Les faits sont d’une rare violence. Le 25 avril, les policiers découvrent un homme de 18 ans gisant dans son sang, rue Pajol. Originaire d’Evry et connu des services de polices pour des faits de violences volontaires, il vient d’être victime d’un tabassage en règle par plusieurs inconnus munis d’armes blanches. « Quand il a été secouru, il souffrait d’une fracture ouverte à la jambe, d’importantes plaies à un pied et à une oreille, confie une source proche de l’affaire au Parisien. Autre détail sordide : ses agresseurs l’avaient aussi en partie scalpé.

Règlement de compte entre bandes rivales

Dans son enquête, la police comprend rapidement que cette agression intervient dans un contexte de règlements de compte entre bandes rivales. La victime était membre de Tamoul Saathan, une bande au sein de la communauté sri-lankaise. Ces agresseurs, eux, seraient membre d’un gang rival, baptisé Red Kosty, également au sein de la communauté tamoule.

Âgés de 21, 30 et 33 ans, les auteurs de l’agression ont été interpellés dans le 19e arrondissement, à Bobigny (Seine-Saint-Denis) et à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne). Deux d’entre eux ont reconnu avoir été présents sur les lieux des faits mais disent ne pas avoir pris part à l’agression. Le troisième a nié toute participation, précise Le Parisien. Deux des trois suspects ont été placées en détention provisoire.