VIDEO. Paris: Elle surfe dans les catacombes et se fait peur

INSOLITE Agée de 30 ans, cette surfeuse hawaïenne n'en est pas à son premier défi...

R.L.

— 

Alison Teal sur son surf dans les catacombes
Alison Teal sur son surf dans les catacombes — Capture d'écran YouTube

Alison Teal, surfeuse hawaïenne, n’a pas froid aux yeux. Après avoir surfé à côté d’un volcan en éruption, la jeune fille a décidé mi-octobre de se lancer un nouveau défi : explorer les célèbres galeries souterraines parisiennes avec sa planche.

« Mince, ce sont vraiment des ossements humains ? »

Au milieu d’une multitude de crânes et d’ossements, celle qui se surnomme « la version féminine d’Indiana Jones », âgée de 30 ans, s’est faufilée en maillot de bain dans les recoins des catacombes pour atteindre une eau marron. Une première.Selon L’Express, la jeune fille a dû descendre dans un conduit de 150 mètres, faisant fi des interdictions, et se frayer un chemin parmi les os, en criant « Mince, ce sont vraiment des ossements humains ? ».

« J’ai erré pendant des heures à travers des passages interdits au public, au cœur des 300 km de ce long labyrinthe appelé "catacombes", explique la trentenaire sur les réseaux sociaux. « Il y avait très peu d’oxygène et on ne voyait pas au loin », raconte-t-elle également au Daily Mail. Car la surfeuse a bien failli y rester.

>> A lire aussi : >> Lire aussi. Cinq choses que vous ignorez (si vous n’êtes pas cataphile)

« Rester coincés pour toujours dans "la plus grande tombe du monde" »

Quand le niveau de l’eau a dangereusement augmenté et quasi inondé l’étroit tunnel, note 7sur7.be, l’exploratrice et son équipe ont en effet dû rapidement quitter les lieux « Nous avons dû nous déshabiller et transporter nos habits sur ma planche. Oui, il faisait très froid, mais c’était toujours mieux que de rester coincés pour toujours dans "la plus grande tombe du monde" ».

« A la fin, nous avons dû nager dans le tunnel et il y avait juste un petit espace en haut pour respirer. C’était terrifiant. J’ai dû arrêter de filmer, car c’était devenu une question de survie », conclut-elle. Accompagnée d’une équipe de spécialiste, elle, qui a également plongé dans la Seine, déconseille de reproduire son expérience dans les catacombes. Survivaliste et militante écologiste, Alison Teal veut avant tout sensibiliser au respect de l’environnement.

Duck diving in this Paris river is In-Seine-ly cold! 🇫🇷 #surfingparis 📷 @alexvoyer_fisheye

A photo posted by Alison Teal (@alisonsadventures) on