Stalingrad: Le campement de migrants sera évacué «la semaine prochaine» annonce Manuel Valls

DEMANTELEMENT Environ 2.000 migrants sont installés à Stalingrad, dans le nord de la capitale...

G. N. avec AFP

— 

Le campement de migrants de Stalingrad, à Paris, le samedi 29 octobre.
Le campement de migrants de Stalingrad, à Paris, le samedi 29 octobre. — WITT/SIPA

Après la « jungle » de Calais, au tour de Stalingrad. L’évacuation du camp de quelque 2.000 migrants de ce quartier du nord de Paris sera « traitée » la « semaine prochaine », a indiqué ce samedi Manuel Valls. Il confirme ainsi l’imminence de l’opération déjà annoncée par son ministre Bernard Cazeneuve.

>> A lire aussi : Après le démantèlement de la « jungle », « Stalingrad sera le premier campement de réfugiés en France »

En déplacement samedi au Ghana dans le cadre d’une tournée en Afrique de l’Ouest, le Premier ministre a fait un dégagement dans son discours pour évoquer la crise migratoire en Europe et l’évacuation ces derniers jours du campement de la « jungle » de Calais.

Une « tradition d’accueil »

« L’Allemagne a accueilli un million de réfugiés, nous nous devons évacuer Calais, traiter la question de Paris la semaine prochaine, avec 2.000 personnes qui doivent être mises à l’abri et qui ont droit là aussi à la protection », a-t-il plaidé. « Le pays des droits de l’Homme, de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen, 66 millions d’habitants, cinquième puissance économique mondiale, ne pourrait pas, aux yeux du monde, ne pas être capable d’assurer sa tradition d’accueil », a justifié Manuel Valls.

>> A lire aussi : Campements de migrants à Stalingrad: «De toute façon, on se sent tous impuissants»

« Ce qui ne veut pas dire pour autant que nous ne devons pas participer d’une solution de ces crises migratoires qui d’abord concernent les pays du Sud », a-t-il nuancé.

La déclaration du Premier ministre intervient alors qu’à deux jours de la fin du démantèlement de la « jungle » de Calais, François Hollande a promis samedi la fin des camps de migrants, contraires selon lui aux valeurs de la France.