Les deux pompiers ensevelis sont décédés

ACCIDENT Un incendie dans le 19e arrondissement parisien avait provoqué l'explosion d'un véhicule...

A.S

— 

FRANCE, Paris : Les pompiers s'affairent autour du garage en flammes rue Riquet à Paris, le 16 novembre 2007. Deux pompiers sont ensevelis sous un mur qui s'est effondré lors du sinistre dû à l'explosion d'un véhicule.
FRANCE, Paris : Les pompiers s'affairent autour du garage en flammes rue Riquet à Paris, le 16 novembre 2007. Deux pompiers sont ensevelis sous un mur qui s'est effondré lors du sinistre dû à l'explosion d'un véhicule. — AFP PHOTO JEAN AYISSI

Les deux sapeurs-pompiers ensevelis à Paris dans les décombres d'un immeuble 16 rue Riquet à Paris (XIXe) vendredi soir sont décédés des suites de leurs blessures.

«Quand on a pu sauver le premier, on a constaté le décès du deuxième des suites de ses blessures», dans la nuit de vendredi à samedi, a déclaré le lieutenant-colonel Olivier Delplace, porte-parole des pompiers de Paris. «Cette mort tragique rappelle à chacun d'entre nous que les sapeurs pompiers courent les plus grands risques pour l'accomplissement de leur devoir, partout sur le territoire», avait expliqué le Premier ministre François Fillon dans un communiqué. Mais le second pompier, qui avait pu être sorti vivant des décombres, est décédé samedi matin à l'hôpital.

«Il est décédé à l'hôpital à 06H30 des suites de ses blessures», a déclaré la préfecture de police de Paris, sans donner d'autres précisions dans l'immédiat.
Ce pompier, qui se trouvait dans un état grave, avait été dégagé le premier des décombres après neuf heures d'efforts, dans un contexte rendu dangereux par l'enchevêtrement de tôles et de béton dans le garage automobile, selon un porte-parole des pompiers.

L'incendie, dont l'origine reste indéterminée, s'était déclaré à 17h15. Il s'est ensuite propagé à un véhicule, ce qui a provoqué une explosion. Le bâtiment, d'une surface de 600m2 au sol, était «totalement embrasé sur cinq étages» à l'arrivée des pompiers.


Incendie de garage au M° Riquet
envoyé par Dim75


Deux combattants du feu, de 21 et 23 ans se sont alors retrouvés sous les gravats, a appris 20minutes.fr, ce qui a rendu leur tentative de sauvetage particulièrement difficile: «Nous essayons de les extraire, c'est un travail périlleux, parce que l'enchevêtrement de tôles et de béton rend la structure particulièrement instable», expliquait vendredi soir le capitaine Michel Cros, porte-parole des pompiers de Paris. «Nous sommes obligés de faire tourner les équipes, car la situation est très stressante. On n'est pas à l'abri qu'une façade ou un étage s'effondre à nouveau. A tout moment ça peut s'effondrer, c'est une course contre la montre», avait-il précisé. Deux cents pompiers, munis de 10 lances à incendie, sont parvenus à maîtriser le feu..

La ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie et le préfet de police de Paris Michel Gaudin se sont rendus sur place et y étaient toujours vers 23h, selon l'AFP. La première adjointe du maire de Paris, Anne Hidalgo, s'est également rendue sur place.

La 2e division de police judiciaire a été saisie de l'enquête «pour définir exactement les circonstances de l'incendie», que Michèle Alliot-Marie a qualifié de «totalement accidentel».