Paris: Une course à pied calée sur le changement d’heure pour ne pas perdre une minute

RUNNING Le départ sera donné à 2h du matin, dans la nuit de samedi à dimanche, au parc de la Villette. L’arrivée se fera une heure plus tard… à 2h du matin toujours…

Fabrice Pouliquen

— 

Une course nocturne à Paris, en 1998.
Une course nocturne à Paris, en 1998. — JACQUES DEMARTHON / AFP

« Courez une heure sans perdre une minute ». Voilà la promesse faîte par Vittel pour la course à pied que la marque d’eau minérale organise dans la nuit de samedi à dimanche prochain. L’idée est de profiter du changement d’heure qui consistera, à 3h du matin, à remonter la pendule d’une heure.

Une boucle de 2 km autour de la Géode

Autrement dit, la Vittel Time to move run vous fera courir une heure, de 2h du matin à… 2h du matin. « Ce n’est pas une course basée sur la performance, mais une course ludique axée sur le plaisir de courir ensemble », raconte Françoise Bresson, directrice des événements marque pour Vittel. Il n’y aura ainsi pas de distance précise à parcourir. « Juste une boucle de 2 km à parcourir pendant une heure autour de la Géode, dans le parc de la Villette, poursuit Françoise Bresson. Chacun fera le nombre de boucle qu’il veut en fonction de ses capacités. Il faudra juste qu’il annonce son objectif au départ. » Dernière précision : la course se fait en équipe. Il faut au minimum être deux.

Dans la lignée des courses « loufoques »

La « Vittel time to move run » est le dernier exemple en date de ces courses à pied « loufoques » qui ont vu le jour ces dernières années à Paris. Dans le même genre, il y a ces courses où vous finissez barbouillé de boue (Mud Day) ou de peinture (Color Run) ou encore la Noctambule, qui consiste à courir de nuit dans le quartier La Défense, et le « Running Duplex de l’A86 », un 10 km qui se déroule dans le tunnel autoroutier qui relie Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) à Vélizy (Yvelines).

>> Lire aussi: Comment courir est passé de chiant à cool: On a remonté la piste

Pour l’instant la Vittel run to move est loin de faire le plein. L’épreuve est ouverte à 2.000 participants. A cinq jours du départ, il n’y a pour l’instant que 920 inscrits. Françoise Bresson ne se dit pas inquiète. « Nous n’avons pas d’objectif de participations, explique-t-elle. 920 inscrits, c’est déjà très bien. Et il sera toujours possible de s’inscrire sur place au dernier moment. Il suffira de venir avec un certificat médical. »

Gagner du temps pour faire du sport

A Vittel, on explique alors avoir voulu aller au bout d’une opération marketing intitulée « Time to move ». « 52 % des Français disent ne pas faire de sport par manque de temps, explique Françoise Bresson. Alors depuis quelques mois, nous offrons sur les packs de Vittel des heures de conciergeries qui permettent justement de se dégager du temps pour pourquoi pas faire du sport. »

La course de ce week-end est vue alors comme l’apothéose de cette campagne marketing et la preuve absolue qu’on peut courir sans perdre du temps. En restant dans son lit, vous gagnerez sinon une heure de sommeil en plus. Ce qui est sympa aussi.