Paris: Les buralistes n'appliqueraient pas l'interdiction de vendre du tabac au mineurs

SANTE Une enquête menée par un pneumologue et un représentant de l'association Paris Sans Tabac révèle que neuf mineurs parisiens sur dix achètent leurs cigarettes chez un buraliste...

20 Minutes avec agence

— 

Une cigarette (illustration)
Une cigarette (illustration) — Svancara Petr/AP/SIPA

Près de neuf mineurs parisiens sur dix achèteraient leurs cigarettes chez un buraliste. Telle est la conclusion d’une enquête menée auprès de 13.567 jeunes (dont 10.324 mineurs) et publiée le 13 octobre dans la Revue des Maladies Respiratoires. Or, le décret du 25 mai 2010 interdit la vente aux moins de 18 ans de paquets de cigarettes ou de tabac à rouler.

L’enquête publiée révèle notamment que 13,8 % des 12-15 ans et 37,9 % des 16-17 ans sont des fumeurs. Parmi les fumeurs quotidiens mineurs, 87,4 % affirment avoir acheté leur paquet chez un buraliste (74,6 % des moins de 15 ans et 92 % des 16-17 ans).

>> A lire aussi : Vous voulez arrêter de fumer? Marisol Touraine vous promet 150 euros

Des conséquences sur la dépendance

Pour le Pr Dautzenberg, qui a co-signé cette enquête avec un représentant de l’association Paris Sans Tabac, ces révélations ne sont pas sans conséquences. « [Le fait d’avoir] acheté du tabac avant 12 ans chez un buraliste était associé à un score de dépendance à 16-17 ans élevé, comparé à ceux qui n’avaient acheté chez un buraliste qu’après 15 ans » explique le pneumologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Selon les buralistes, qui ont déjà attaqué le Pr Dautzenberg en justice quand, en 2015, il a révélé le résultat de son enquête sans la publier dans une revue scientifique, les jeunes interrogés ne diraient pas toute la vérité. En indiquant acheter leur paquet chez les buralistes, ils chercheraient, selon eux, à protéger la filière d’approvisionnement sur Internet.

>> A lire aussi : Un mois sans tabac: Comment le gouvernement compte vous aider à vous sevrer