Cours de matraque à Nanterre

Magali Gruet - ©2007 20 minutes

— 

Les bloqueurs de l'université de Paris-X-Nanterre se sont fait éjecter manu militari hier matin par les forces de l'ordre, ce qui n'a pas découragé des étudiants d'autres facs de paralyser des cours. Vers 10 h des CRS et des gendarmes, appelés par le directeur de l'université de Nanterre, ont délogé 100 à 200 étudiants « bloqueurs » à coups de matraques et de gaz lacrymogènes, encouragés par les cris des antibloqueurs désireux d'aller en cours. « Bloqueurs, hors des facs », « liberté d'étudier » et « Allez les bleus » lançaient ces derniers. Les bloqueurs leur ont répondu à coups de jets de terre et d'insultes, scandant « police partout, justice nulle part » et « police hors des facs ». Les affrontements ont cessé vers 11 h 30, heure à laquelle les étudiants ont pu réintégrer leurs bâtiments, pendant que les bloqueurs se réunissaient à huis clos pour statuer sur les suites à donner à leur action.

Pendant ce temps, le site de l'université de Tolbiac (13e) était toujours partiellement bloqué, et sa direction a décidé d'ouvrir le dialogue avec ses étudiants via un forum sur son site Internet. Paris-VIII-Saint-Denis, de son côté, a décidé de rejoindre le mouvement, entamant son premier jour de grève hier pour réclamer l'abrogation de la loi Pécresse sur l'autonomie financière des universités. La grève a été reconduite dans l'après-midi « sans durée » par la majorité des 500 étudiants présents. La fac confirme qu'il « n'y a plus aucun cours » dans ses murs jusqu'à nouvel ordre, les salles ayant été « vidées de leurs tables et chaises ».

Sur www.20minutes.fr

Débat : le blocage est-il légal ?