Une bibliothèque sort de la poussière

RENOVATION Délabré, labyrinthique, risquant l'incendie, le site Richelieu (2e) de la Bibliothèque nationale de France (BNF) ...

Sophie Caillat

— 

L'écrivain André Schwarz-Bart, Prix Goncourt 1959 pour "Le dernier des Justes", est décédé samedi à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) des suites d'une intervention de chirurgie cardiaque, a-t-on appris dimanche auprès de sa famille.
L'écrivain André Schwarz-Bart, Prix Goncourt 1959 pour "Le dernier des Justes", est décédé samedi à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) des suites d'une intervention de chirurgie cardiaque, a-t-on appris dimanche auprès de sa famille. — Joël Robine AFP/Archives

Délabré, labyrinthique, risquant l'incendie, le site Richelieu (2e) de la Bibliothèque nationale de France (BNF) va enfin être modernisé. Vidé de tous les imprimés lors de l'ouverture du site de Tolbiac (13e), il abrite encore vingt millions de documents (cartes, partitions, photos) et quelques trésors du patrimoine national, comme les manuscrits de Christophe Colomb.

De l'aveu même de Bruno Racine, président de la BNF, qui présentait le chantier hier, « on ne pouvait plus attendre. Les conditions d'accueil du public et de sécurité des oeuvres sont préoccupantes. Cela faisait vingt à trente ans que l'on posait des rustines. A un moment, il faut changer le pneu. » Ce sera donc fait, d'ici à 2014, et en deux phases afin que le site reste ouvert en permanence. Sur les 150 millions d'euros débloqués pour ce chantier, la moitié seulement ira aux travaux proprement dits, d'importants budgets étant réservés aux déménagements provisoires des quarante kilomètres de collections. A prévoir, « de petites interventions, afin de redonner une unité à ce quadrilatère de dix bâtiments, dont les plus anciens remontent au XVIIe siècle », selon l'architecte Bruno Gaudin, qui travaillera sous le contrôle des Monuments historiques. Aucun document supplémentaire ne sera accueilli, mais des étudiants et chercheurs de l'Institut national d'histoire de l'art et de l'Ecole des chartes occuperont deux ailes. Et la salle Ovale, où trois cents chercheurs consultent des documents chaque jour, deviendra le lieu d'accueil du public. Qui sera ensuite orienté vers les salles d'expositions, largement agrandies.