Kim Kardashian a pu se défaire de ses liens et appeler son garde du corps

SOCIETE Son garde du corps accompagnait sa sœur en boîte de nuit…

20 Minutes avec AFP

— 

Kim Kardashian a été victime d'un braquage alors qu'elle séjournait à Paris pendant la Fashion week.
Kim Kardashian a été victime d'un braquage alors qu'elle séjournait à Paris pendant la Fashion week. — Lionel Cironneau/AP/SIPA

On en sait un peu plus sur l’agression de Kim Kardashian. Selon une source proche de l’enquête, contactée par l’AFP, la star de téléréalité américaine a pu se défaire de ses liens et téléphoner à son garde du corps pendant le braquage.

Pascal Duvier appelé à la rescousse

D’après les premières investigations, « elle a défait ses liens et téléphoné à 02h56 à son garde du corps qui n’était pas présent sur les lieux au moment de l’agression », a expliqué cette source. Pascal Duvier, qui suit la star américaine dans la plupart de ses déplacements, « accompagnait la soeur de Kim Kardashian en boîte de nuit », selon des sources proches du dossier.

>> A lire aussi : Le garde du corps de Kim Kardashian veut retrouver les coupables

Le braquage s’est déroulé dans la nuit de dimanche à lundi, vers 02h30, dans une discrète résidence hôtelière de luxe, l’hôtel de Pourtalès, près de la Madeleine, dans un quartier cossu de la capitale.

Les cinq braqueurs, armés et masqués, portaient des blousons de police. Ils ont entravé le veilleur de nuit, puis trois d’entre eux sont restés faire le guet, tandis que les deux autres montaient dans les appartements de la star, d’après une source proche de l’enquête. Ils ont braqué une arme sur sa tempe, puis ils l’ont enfermée dans la salle de bains après lui avoir ligoté les mains et les pieds avec du scotch et l’avoir bâillonnée.

Où en est l’enquête ?

Outre la star et le veilleur de nuit, une styliste se trouvait également dans l’immeuble. Les enquêteurs ont pensé dans un premier temps que c’est elle qui avait donné l’alerte.

>> A lire aussi : Le tourisme de luxe parisien s’inquiète des conséquences de l’agression de Kim Kardashian

Aucune image de vidéosurveillance ne permet d’éclairer l’enquête et les investigations de police technique et scientifique se poursuivent à la recherche d’éventuelles traces ADN.

Se disant « choquée », la vedette ultramédiatisée de 35 ans a été entendue par la police lundi matin avant de s’envoler vers New York où elle a retrouvé son mari.