Prison de Fresnes: L’État assigné pour la présence de rats et de cafards

SOCIETE Selon France Inter, l’Observatoire international dénonce la prolifération des rats, de punaises, de cafards et de puces dans la prison de Fresnes…

R.L.

— 

La prison de Fresnes le 16 juin 2011
La prison de Fresnes le 16 juin 2011 — FRED DUFOUR AFP

Depuis plusieurs mois, le deuxième plus grand centre pénitentiaire de France, la prison de Fresnes, grouille de rats, punaises ou encore de puces.

Ce lundi, France Inter révèle que l' Observatoire international des prisons (OIP) assigne l’Etat devant la justice administrative de Melun, pour demander des mesures d’urgence en référé. Il « dénonce un état des lieux dangereux pour la santé, ainsi qu’une situation attentatoire à la dignité », note la radio, qui précise qu’une audience devrait se tenir dans les 48 heures.

« Qui dit rats, dit déjections »

« A Fresnes, on trouve principalement des rats dans les cours de promenade et dans les coursives. Qui dit rats, dit déjections, ça fait beaucoup d’odeurs qui remontent, qui sont difficiles à supporter », témoigne une avocate, qui se rend à Fresnes au moins une fois par semaine, pour rencontrer ses clients.

>> A lire aussi: Surpopulation carcérale, le plan d'action d'Urvoas peut-il «dépasser les échéances électorales»?

Alertée après deux cas de leptospirose, d’après France Inter, l’Agence régionale de santé avait estimé en mai dernier que la prolifération des rats était principalement due aux déchets jetés par les détenus.