Paris: Ouverture d'un lieu d'exposition permanente dédié au street art

CUTLURE Ce lieu, baptisé «Art 42»  et situé dans le nord de la capitale, sera inauguré ce samedi soir dans le cadre de la 15e Nuit Blanche…

20 Minutes avec AFP

— 

Deux jeunes hommes peignent un graffiti en hommage aux victimes des attentats, le 14 novembre 2015 à Paris
Deux jeunes hommes peignent un graffiti en hommage aux victimes des attentats, le 14 novembre 2015 à Paris — MARTIN BUREAU AFP

Le street art n’en finit pas de conquérir la capitale. Ce mouvement artistique urbain va avoir à partir de ce samedi soir son premier lieu d'exposition permanente à Paris, avec l'ouverture pendant la Nuit blanche d'«Art 42» présentant quelque 150 oeuvres d'un collectionneur, parmi lesquelles des pièces de Shepard Fairey, Banksy, Futura 2000 et Jef Aérosol.

>> A lire aussi : Banksy aurait été identifié par des scientifiques

Sous le toît de l'Ecole 42 de Xavier Niel

Ce lieu d'exposition est situé dans le nord de Paris, au sein de l'école d'informatique de Xavier Niel, le fondateur de l'opérateur de télécoms Free. Au milieu des salles de cours, sur 4.000 m2, les aficionados pourront admirer gratuitement fresques et graffiti lors de visites guidées deux fois par semaine.

«La gratuité, c'est essentiel, c'est l'ADN du mouvement», dit Nicolas Laugero-Lasserre, le jeune collectionneur à l'origine de l'initiative. En choisissant un endroit atypique, il souhaite faire découvrir les oeuvres autant que le lieu.

La collection, qui est appelée à évoluer au fil du temps, se répartit sur plusieurs niveaux avec au rez-de-chaussée les artistes les plus connus et aux étages ceux qui émergent.

Un second lieu d’exposition pendant la Nuit Blanche

Pour la Nuit blanche, un deuxième projet est prévu en parallèle mêlant street art et art numérique dans un garage désaffecté situé aux alentours, investi pour quelques heures par vingt artistes.

Cette exposition baptisée «Mondes souterrains» est l'occasion de découvrir des oeuvres créées in situ avant que le bâtiment, à l'abandon, ne soit transformé en résidence étudiante.