Paris: Un parc pour les naturistes dès l'été prochain?

NUDITE Les élus écologistes en réclament l’expérimentation et déposeront un vœu en ce sens la semaine prochaine. Il pourrait s’agir d’un parc ou d’un espace sur berges de Seine…

Fabrice Pouliquen

— 

Des naturistes etaient presents à la Fete de l'Humanite, le vendredi 10 Septembre 2016, sur la commune de la Courneuve (93), au Nord de Paris, France. Sous le nom "Fier de notre Huma-nu-te". Ils sont donc restes devant leur stand, tous nus, toute la journÃ'e.

Naturist attended the Festival of Humanity, Friday, September 10, 2016, in the municipality of La Courneuve (93), north of Paris, France. Under the name "Proud of our Huma-nu-you." So they are left to their stand, all naked, all day.


Photo by Nicolas Messyasz / Sipa Press//NICOLASMESSYASZ_2016_09_09b_1309a/Credit:NICOLAS MESSYASZ/SIPA/1609100633
Des naturistes etaient presents à la Fete de l'Humanite, le vendredi 10 Septembre 2016, sur la commune de la Courneuve (93), au Nord de Paris, France. Sous le nom "Fier de notre Huma-nu-te". Ils sont donc restes devant leur stand, tous nus, toute la journÃ'e. Naturist attended the Festival of Humanity, Friday, September 10, 2016, in the municipality of La Courneuve (93), north of Paris, France. Under the name "Proud of our Huma-nu-you." So they are left to their stand, all naked, all day. Photo by Nicolas Messyasz / Sipa Press//NICOLASMESSYASZ_2016_09_09b_1309a/Credit:NICOLAS MESSYASZ/SIPA/1609100633 — SIPA

Lundi, au conseil de Paris, on parlera forcément de la piétonnisation des voies sur berge rive droite, le sujet du moment sur lequel s’écharpent la droite et la gauche. Mais 700 autres vœux et délibérations seront aussi soumis au vote des élus. Dont celui, étonnant, du groupe écologiste qui demande à la ville de Paris d’étudier, pour l’été prochain, la possibilité d’un lieu en plein air dans la capitale où le naturisme (la pratique de la nudité en commun) serait permis.

>> A lire aussi: La mairie de Paris n’est pas prête à se laisser faire sur la piétonisation des voies sur berge rive droite.

A ce jour, juste la piscine Roger-Le Gall

Si, si, vous avez bien entendu. « Et c’est tout simplement génial », s’enthousiasme la Fédération française de naturisme. C’est qu’à ce jour, à Paris, seul la piscine Roger Le Gall (12e) ouvre des créneaux aux naturistes. « Les lundis, mardis et mercredis soir, précise Denis Porquet, membre du bureau de l’ Association des naturistes de Paris (ANP). Mais on y est désormais trop à l’étroit et cette piscine est en outre fermée l’été. Nous étions 150 mercredi soir par exemple. Et notre association a atteint cette année le nombre record de 372 adhérents, alors que nous stagnions à 180 pendant de longues années. »

L’APN trouve des alternatives dans les six campings naturistes d’Ile-de-France ou en privatisant une fois par mois un lieu. « Un restaurant ou un bowling, illustre Denis Porquet. Des espaces confinés donc, où les naturistes se retrouvent dans un entre-soi. L’idée est de déterminer un parc ou une partie d’un parc où le naturiste serait accepté, précise David Belliard, co-président du groupe des écologistes au conseil de Paris. Ce lieu serait signalé d’une façon ou d’un autre, mais on ne l’entourera pas de grilles pour autant. » Les nudistes et adeptes du textile pourraient donc s’y côtoyer.

« Pas de l’exhibition sexuelle »

Denis Porquet est pour. Jacques Frimont, vice-président de l’Association pour la promotion du naturisme en liberté (APNEL), l’est plus encore. Son association s’est lancée en 2007 justement pour défendre l’idée que « le mélange des nudistes et des gens habillés ne posent pas de problème ». Ses membres font de la randonnée naturiste depuis de longues années. « Cela fait 35 ans que je le fais en Ile-de-France, raconte Jacques Frimont. Lorsqu’on rencontre des randonneurs, cela se passe toujours très bien. »

Le risque alors, est de croiser la maréchaussée et de se confronter à la législation française qui expose les nudistes à une peine d’un an d’emprisonnement et 15.000 euros d’amendes. « La loi française associe automatiquement la nudité à de l’exhibition sexuelle, regrette Jacques Frimont. Nous le contestons avec force. Un pervers sexuel, c’est quelqu’un qui opportune ses voisins, en se masturbant en public par exemple. Le nudiste, lui, veut juste s’affranchir du vêtement. Etre plus libre, accepter son corps comme il est, profiter des bienfaits du soleil. » L’Allemagne et l’Espagne font déjà la distinction. A Berlin, dès que le thermomètre dépasse les 25 degrés, les pantalons, chemises et même petites culottes volent, rapportait Le Point en août 2015. « Même chose à Barcelone », note Jacques Frimont.

Au lac Daumesnil ?

A Paris, les mentalités semblent bouger peu à peu. « Nous avons plein de bonnes nouvelles ces temps-ci », fait remarquer Julie Leclerc, l’attachée de presse. L’ouverture annoncée d’un restaurant naturiste en est une. Mais elle songe bien plus au stand naturiste tenu pour la première fois à la Fête de l’Humanité, début septembre. « Beaucoup de festivaliers nous ont rendu visite. Certains, même, ont fait tomber leurs vêtements », raconte Julie Leclerc.

L’expérimentation demandée par les Verts, dès l’été prochain, serait une autre marche de franchie. Bruno Julliard, premier adjoint d’Anne Hidalgo, s’est dit ce jeudi favorable à l’idée. Reste à trouver un lieu. Jacques Frimont aimerait bien le lac Daumesnil, où la ville de Paris prépare une zone de baignade pour 2019.