Paris: Le street artiste Monsieur Chat menacé de prison ferme pour un chat dessiné Gare du Nord

STREET-ART Jugeant qu’il était en état de récidive, le procureur de la République a requis trois mois ferme contre l’artiste franco-suisse…

Fabrice Pouliquen

— 

Monsieur Chat, le célèbre graffeur, a réalisé une fresque murale à l'institut de traitement des troubles de l'affectivité et de la cognition, à Villeurbanne (Rhône).
Monsieur Chat, le célèbre graffeur, a réalisé une fresque murale à l'institut de traitement des troubles de l'affectivité et de la cognition, à Villeurbanne (Rhône). — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Il ne connaîtra son sort que le 15 octobre, mais Thoma Vuille, alias Monsieur Chat, encourt trois mois de prison ferme. C’est du moins ce qu’a requis le 15 septembre dernier le procureur de Paris à l’encontre du street artiste franco-suisse.

Un gros chat souriant sur une cloison temporaire

Monsieur Chat est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Paris pour délit de dégradation d’un bien appartenant à autrui. L’œuvre en cause ? Un gros chat jaune et souriant, celui qui a fait le succès de l’artiste, dessiné avec quelques roses et un oiseau sur une cloison temporaire de carton plâtre posée gare du Nord, indique Le Parisien.

La SNCF n’était pas représentée et n’a formulé aucune demande de dommages et intérêts, explique Agnès Tricoire, avocate de Monsieur Chat, qui s’étonne « de la nouvelle politique pénale du parquet de Paris d’envoyer des artistes en prison ».

« En état de récidive »

Le 15 septembre, le procureur de la République avait fondé ses réquisitions sur le fait que Monsieur Chat est en état de récidive légale. Thoma Vuille avait déjà eu maille à partir en août 2014 avec la RATP. La régie lui réclamait des dommages et intérêts pour avoir réalisé une dizaine de dessins réalisés en mai sur les murs en travaux de la station du métro Châtelet à Paris. La RATP avait initialement réclamé 1.800 euros avant de finalement revoir ses demandes à la baisse après le fort soutien reçu par Monsieur Chat sur les réseaux sociaux.