A Paris, l'UMP rame pour sortir sa liste

MUNICIPALES L'UMP n'annoncera que vendredi un « premier jet » des investitures...

Mickaël Bosredon

— 

La commission nationale d'investiture de l'UMP se réunissait hier soir pour désigner ses têtes de liste dans les arrondissements parisiens pour les municipales. Mais l'UMP n'annoncera que vendredi un « premier jet » des investitures, selon Alain Marleix, coprésident de la commission nationale des investitures. « C'est le 12e arrondissement qui pose problème, et qui nous retarde », expliquait hier un membre de l'UMP. Plusieurs cadres du parti commencent à s'impatienter. « La campagne ne peut pas vraiment commencer pendant ce temps », estime l'un d'eux.

Après l'échec du parachutage d'Arno Klarsfeld aux dernières législatives dans le 12e arrondissement, l'UMP fait preuve de la plus grande prudence. Des noms (Rachida Dati, Jean-François Lamour, David Douillet...) ont déjà circulé. Aux dernières nouvelles, l'UMP tenterait de convaincre le centriste Jean-Marie Cavada d'y aller. « Ce serait un très bon candidat, note un membre de l'UMP. Mais les négociations sont difficiles. » Si cette piste échouait, l'UMP pourrait réactiver celle de la spationaute et ancienne ministre à la Recherche, Claudie Haigneré.

Le 12e n'est pas le seul arrondissement à poser problème. Dans le 5e, les dirigeants de l'UMP tentent de convaincre Jean Tiberi de raccrocher. « S'il y retourne, à 72 ans, on va nous tomber dessus pour l'absence de renouvellement », craint un autre membre du parti. Car Françoise de Panafieu a fait du renouvellement et de la féminisation les clés de la reconquête de Paris. C'est pourquoi elle compte imposer la ministre de la Culture, Christine Albanel. Rachida Dati, ministre de la Justice, devrait, elle, aller dans le 7e, comme pressenti ces jours-ci. « Son objectif, c'est mettre un pied dans l'arrondissement en vue des prochaines législatives », commente un spécialiste de la politique parisienne. Pierre Lellouche, qui aurait pu partir à la reconquête du 9e, devrait lui préférer le plus confortable 8e arrondissement. « S'il veut être maire des Champs-Elysées, c'est son droit. Mais c'est une déception, car il était le candidat idéal pour le 9e », regrette-t-on à l'UMP.