Paris : Des nouveaux kiosques plus performants, mais au design toujours autant discuté

MOBILIER URBAIN La mairie de Paris a présenté ce jeudi midi les futurs 360 kiosques à journaux qui remplaceront les actuels à compter de l’été prochain. Comme pour la première version en mai, le design est toujours autant discuté…

Fabrice Pouliquen

— 

La version finale du futur kiosque parisien qui remplacera à partir de l'été prochain les 360 kiosques à journaux présents sur l'espace public parisien. Lancer le diaporama
La version finale du futur kiosque parisien qui remplacera à partir de l'été prochain les 360 kiosques à journaux présents sur l'espace public parisien. — /Mairie de Paris

Ça y est, on connaît le design des futurs kiosques parisiens qui seront installés à compter de l’été prochain. D’ici juin 2019, ils remplaceront progressivement les 360 kiosques à journaux de la capitale. Pour moitié, des kiosques de style moderne, et pour l’autre des kiosques de style Haussmannien, avec leur frise et leur petit dôme caractéristique.

Ce renouvellement s’inscrit dans le cadre du nouveau contrat d’exploitation signé avril dernier entre la ville de Paris et Mediakiosk, filiale de JCDecaux, et qui confie à cette dernière la gestion des kiosques parisiens pour 15 nouvelles années. « Ce nouveau marché est l’occasion de retravailler l’esthétique, le confort et les services de ces kiosques dont les plus anciens datent de 1983 », explique Bruno Julliard, premier adjoint d’Anne Hidalgo en charge du patrimoine.

De nouveaux services proposés

Sur le confort et les services, tout le monde est d’accord : ce renouvellement n’apporte que des plus. Déjà pour les kiosquiers. « Leur environnement de travail sera plus fonctionnel, précise Olivia Polski, adjointe au commerce à la mairie de Paris. Ces kiosques seront dotés d’un dispositif de chauffage par un système de pompe à chaleur. Des toilettes pourront aussi être installées à la demande du kiosquier. »

Les clients, eux, seront accueillis dans un espace protégé des intempéries. Des lumières rouges ou vertes indiqueront si le kiosque est ouvert ou fermé. Surtout, de nouveaux services seront proposés. Jean-Paul Abonnenc, directeur général de Mediakiosk, évoque la possibilité d’y retirer des colis, la présence d’écrans digitaux permettant d’accéder à des informations sur la vie de quartier, une billetterie culturelle, ou encore l’application Zeens qui permettra, entre autres, de commander son titre de presse et de le faire livrer chez son kiosquier.

Un design à peine changé

En revanche, sur l’esthétique, cela coince toujours autant. En mai dernier déjà, un premier aperçu du travail de la designer Matali Crasset, missionnée sur ce projet,s’est retrouvé dans la presse. Assez pour décevoir des élus d’opposition ainsi que Juliette L, une habitante du 11e, qui lançait une pétition sur Change.org pressant la mairie de Paris à garder le style haussmannien des kiosques parisiens. En quelques semaines, elle récoltait 41.000 signatures.

La version finale, présentée à la presse ce jeudi midi, n’a pas beaucoup changé. « La principale différence se trouve au niveau du toit, concède Matali Crasset. Je l’avais proposé couleur métal, pour rappeler le zinc qu’on trouve sur les toits parisiens. Il sera finalement vert. J’ai revu aussi la courbe du toit pour donner un peu plus l’idée de l’atelier parisien. »

Pour le reste, on retrouve le style industriel du départ, avec du verre et du métal comme principaux matériaux. Et pour la couleur ? Ce sera, pour la majorité des kiosques, le même vert que les colonnes Morris. « Mais certains pourraient aussi être habillés en rouge carmin ou en gris, indique Bruno Julliard. Nous sommes en discussion sur ce point avec les architectes des bâtiments de France. »

« On aurait pu garder le style haussmannien »

Cette nouvelle copie n’a pas remporté l’adhésion des premiers opposants. Christine Nedelec, secrétaire général de l’association SOS-Paris, concède tout juste que la version finale est « à peine mieux que la première qui était l’antichambre de la poubelle. » « Les propositions des groupes d’opposition ont permis de limiter les dégâts, estime, pour sa part, Jean-Baptiste de Froment, élu Les Républicains au conseil de Paris. Mais le résultat final est loin d’être idéal et le renouvellement des kiosques aurait très bien pu se faire en reprenant le style haussmannien auquel les Parisiens sont attachés. »

Petite consolation pour ces derniers, 49 kiosques de style haussmannien seront rénovés en conservant ce style et conservés sur l’espace parisien. Ils ne vendront pas de titres de presse mais proposeront d’autres services qu’il reste encore à définir.