Journées du patrimoine: La RATP vous propose de mener l’enquête dans ses vieux bus et métros

VISITE Pour les Journées européennes du patrimoine, ce week-end, la RATP a mis sur pied un escape game dans une ancienne gare de triage où elle entrepose son patrimoine roulant…

Fabrice Pouliquen

— 

Les 17 et 18 septembre, à l'occasion des Journées du patrimoine, la RATP propose un Escape Game dans l'ancienne gare de triage de Villeneuve-Saint-Georges où elle entrepose ses vieux bus et rames de métro.
Les 17 et 18 septembre, à l'occasion des Journées du patrimoine, la RATP propose un Escape Game dans l'ancienne gare de triage de Villeneuve-Saint-Georges où elle entrepose ses vieux bus et rames de métro. — F. Pouliquen / 20 minutes

« Si je fais appel à vous, c’est parce que je suis le majordome de sir Romuald Albert Thomson de Pinailleur, commence Alfred. Mon maître a disparu ce matin, ainsi que la pièce maîtresse de son incroyable collection de matériel roulant de la RATP. » Sans tarder, ce même Alfred vous invite à faire connaissance avec la lettre de rançon.

120 minutes au milieu de 200 bus et rames de métro

L’enquête commence. Elle durera en moyenne 120 minutes et promet de vous faire creuser les méninges et user vos semelles tout ce week-end dansl’ancienne gare de triage de Villeneuve-Saint-Georges. C’est ici, aux portes de Paris, que la RATP concentre depuis 2013 sa réserve de matériel roulant historique. Près de 200 bus et rames de métro qui ont transporté les Franciliens sur plus de 100 ans. « Cela va d’un métro en bois des années 1900 au bus R312 encore en service en 2013, en passant par le bus à plateforme TN6 qui roulait dans les années 1930 », détaille Claire Morillon, qui s’occupe de valoriser le patrimoine historique de la RATP.

Habituellement, le site ouvre ses portes au public une fois par mois le temps de visites qui intéressent, avant tout, les passionnés de matériels ferroviaires. Mais pour les Journées européennes du patrimoine, ce week-end, la RATP a décidé de sortir de l’ordinaire en faisant de cette gare de triage le théâtre d’un escape game. Pierre-Henri Londner, de Team Break, concepteur de ces jeux d’évasion grandeur nature, s’en est donné à cœur joie. « Un tel lieu est forcément très inspirant », assure-t-il.

L'enquête vous amènera à découvrir des wagons vieux de 100 ans.
L'enquête vous amènera à découvrir des wagons vieux de 100 ans. - F. Pouliquen / 20 minutes

Road book, coffres à ouvrir, codes à déchiffrer

L’énigme reprend les grands classiques d’un escape game. Avec un road book, des codes à déchiffrer, des coffres à ouvrir, des indices cachés à trouver… Bien sûr, les joueurs devront être très attentifs à tout ce qui les entoure et remettre systématiquement en question les apparences. « Les meilleurs, ceux qui ont l’habitude des escape games, devraient s’en sortir en 45 minutes », estime Pierre-Henri Londner.
Mais le but, cette fois-ci, n’est pas tant d’aller vite contrairement à un escape game classique. Team Break a ainsi volontairement limité les phases chronométrées, souvent stressantes. « L’idée est tout de même que les joueurs puissent aussi prendre le temps de découvrir les lieux », poursuit Pierre-Henri Londner. Des transats ont été installés ici et là dans le hangar et l’enquête vous fera régulièrement monter dans des wagons et bus entreposés.

Des places limitées

Le bémol, parce qu’il y en a un, c’est que cet escape game, gratuit, ne propose qu’un nombre de places limitées. Trois cents joueurs évolueront en même temps dans ce hangar par session de deux heures. Samedi comme dimanche, cela commencera à 9h pour finir à 19h. Cela devrait permettre à 3.000 Franciliens de jouer les Sherlock Holmes. « Nous avons déjà ouvert deux sessions d’inscriptions de 800 et 1.400 places, depuis le 5 septembre, précise Emmanuelle Sebban-Goldenberg, chargée des partenariats à la RATP. A chaque fois, jusqu’à présent, les places partaient en moins d’une heure. » Il faudra encore une fois être très rapide, ce jeudi midi, pour l’attribution des 800 dernières places sur le site Internetratp.fr/enquetedum.

Bref, il y aura des déçus, contrairement aux cinq dernières années pour lesquelles la RATP organisait l’Enquête du M, un jeu de piste sur tout son réseau métropolitain auquel tout le monde pouvait participer. « Nous ressentions le besoin de nous renouveler, justifie alors Emmanuelle Sebban-Goldenberg. Et puis cet escape game est aussi l’occasion de faire connaître cette ancienne gare de triage à un plus large public. »

D’autres visites encore

Ce week-end, la RATP proposera également des visites commentées de stations emblématiques du métro, des balades dans Paris dans un bus TN datant de 1936, une visite de chantier du prolongement de la ligne 14 et même la machinerie du funiculaire Montmartre. Difficile donc de lui reprocher un manque d’investissement dans les Journées européennes du patrimoine.