Paris: Anne Hidalgo annonce les modalités d’ouverture des deux centres humanitaires

SOCIETE Un centre ouvrira mi-octobre, à la porte de la Chapelle, un autre à Ivry d'ici la fin de l'année...

F.P avec R.L
— 
Le centre pour réfugiés devrait voir le jour ici, à la fin du mois de septembre
Le centre pour réfugiés devrait voir le jour ici, à la fin du mois de septembre — R.LESCURIEUX

« C’est une responsabilité humanitaire de la ville de Paris. Il faut inventer de nouveaux dispositifs d’accueil pour remédier à la situation de saturation actuelle », lance devant un parterre de journalistes, la maire de Paris, Anne Hidalgo.



Ce mardi matin, lors d’une conférence de presse, et alors qu’un campement où vivaient plusieurs centaines de personnes dans le nord de Paris , l’édile a présenté les détails du camp de réfugiés qu’ouvrira la ville de Paris dans les prochaines semaines.

es  qui seront réservés aux primo-arrivants.

Ouverture mi-octobre du centre de la Chapelle

L’usage du pluriel est d’ailleurs plus approprié puisque, comme pressenti, ce camp de réfugiés sera composé de deux sites confiés à la gestion d’, l’association qui gére déjà l 

Le premier site-le plus grand- sera situé sur les terrains Dubois, une friche de deux hectares propriétés de la mairie de Paris et de la SNCF,  (18e). Il fera office de premier point d’accueil pour les réfugiés arrivant dans la capitale. « Ils trouveront un lieu où déposer leurs affaires et pourront bénéficier d’un bilan médical, d’une aide psychologique et d’une première aide concernant leur orientation », détaille Anne Hidalgo.

Les hommes isolés, primo-arrivants, pourront aussi trouver un hébergement pour une période courte de cinq ou dix jours. Ce camp comportera 400 lits à l’ouverture, une capacité qui sera augmentée très vite à 600. L’ouverture est prévue pour mi-octobre.



Le second centre, d’une capacité de 350 lits, sera lui situé sur l’ancienne usine des eaux d’Ivry-sur-Seine, avenue Jean-Jaurès. Ce camp sera réservé aux femmes et enfants. Il ouvrira un peu plus tard. Mais avant 2017.

Ces centres s’installent sur deux terrains en cours de reconversion. Les projets prévus sur ces deux sites, dontà La Chapelle, « ne sont absolument pas remis en question, ni retardés », assure Anne Hidalgo. « Les deux centres d’hébergement sont construits à partir de modules amovibles et transportables, indique pour sa part Julien Beller, l’architecte qui a travaillé sur le site de La Chapelle. Ils pourront donc être déménagés si besoin. »



« Nous agissons sans naïveté mais avec humanité »

Selon la Mairie, le coût de ces deux centres de réfugiés est chiffré à 6,5 millions d’euros pris en charge à 80 % par la Ville qui assurera aussi la moitié du coût de fonctionnement évalué à 1,2 million d’euros par an. « Nous agissons sans naïveté mais avec humanité. C’est notre devoir », a déclaré la maire de Paris.

« Ce centre pour primo-arrivants est une nouvelle étape dans l’accueil des migrants. Nous sommes déterminés à poursuivre cette politique. Nous l’assumons. Même après ce qui s’est passé lundi soir dans l’Essonne », a affirmé de son côté, la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse. Un centre de Forges-les-Bains, dans l’Essonne, où 90 migrants devaient être accueillis en octobre est en effet  lors d’une réunion publique. La ministre a précisé que ce centre, d’une capacité de 90 places, ouvrira quand même dans les prochaines semaines.