Sans surprise, l’Île-de-France est en tête des régions où le tarif d’une nounou est le plus élevé

CLASSEMENT Mais parfois, les politiques petite-enfance de villes franciliennes, plus développées qu'ailleurs, permettent de changer la donne…

Fabrice Pouliquen
Illustration d'un bébé.
Illustration d'un bébé. — David Goehring / Flickr.com

Ce n’est guère une surprise. Yoopies, une plateforme en ligne qui met en relation les jeunes parents avec les babby-sitters, a sorti ce mardi son palmarès des régions françaises en en fonction des coûts de la garde d’enfants à domicile. A ce petit jeu, c’est l’Ile-de-France qui caracole en tête avec un salaire net moyen de 9,23 euros par heure.

La barre symbolique des 9 euros dépassée en Ile-de-France

« C’est la première fois que le seuil symbolique des 9 euros est dépassé en Ile-de-France », note Yoopies, qui fait ce palmarès depuis quatre ans. « En 2013, ce tarif net moyen était de 8,72 euros par heure pour l’Ile-de-France », rappelle Benjamin Suchar, fondateur de Yoopies.

Infographie Yoopies
Infographie Yoopies - / Infographie Yoopies

La moyenne s’établit sinon en France à 8,76 euros net l’heure de garde (14,21 euros charges incluses). Ce chiffre est en hausse de 1,27 % par rapport à 2015. Le tarif tombe à 8,22 euros dans les Pays de la Loire, région où les tarifs sont les plus faibles. Suivent la Bretagne (8,29 euros par heure) et les Hauts-de-France (8,38 euros par heure). La région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur, elle, se rapproche des tarifs parisiens avec un prix moyen de 9,05 euros par heure. « La région PACA a en commun avec l‘Ile-de-France une forte disparité entre la demande et l’offre de baby-sitters », note Benjamin Suchar, le fondateur de Yoopies.

Et parfois les différences sont encore plus importantes quand on compare les villes. Comme Megève (Haute-Savoie) où le tarif net moyen d’un baby-sitter grimpe à 12,60 euros. Il est de 12,22 euros à Saint-Tropez et de 10,75 euros à Monaco. A l’inverse, à Quesnoy-sur-Deûle (Nord), les parents payeront seulement 7,58 euros l’heure.

Des aides qui changent la donne

D’une région à l’autre, les écarts peuvent varier de 12 % note le palmarès. Mais les politiques petites enfances de certaines villes et départements permettent parfois d’alléger les factures. Benjamin Suchard prend l’exemple de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) « Malgré un tarif net moyen élevé de 9,02 euros par heure, vous pouvez obtenir 507 euros d’aides de la ville et 200 euros du département, soit un total d’aides cumulées avec la CAF de 1.615 euros par mois, pour le cas d’une famille monoparentale, dont le revenu fiscal est inférieur à 28.700 euros et qui aurait recours à une nounou à domicile 40 heures par semaine. »

Rueil-Malmaison, championne des aides versées

Ce sont les villes d’Ile-de-France qui aident le plus les familles, observe alors Yoopies dans son palmarès. Reuil-Malmaison est en tête du classement. Une famille de deux enfants touchant le revenu médian de 3.859 euros mensuel percevra 507 euros de la ville des Hauts-de-Seine pour une garde à temps plein (40h par semaine) d’un enfant de moins de 3 ans. En prenant ce même cas de figure, Paris se classe deuxième avec 315 euros d’aide mensuelle et Asnières-sur-Seine complète le podium avec 213 euros d’aide mensuelle. Montrouge et Courbevoie sont quatrième ex-aequo (200 euros d’aide). Le Perreux (193 euros), Puteaux (182,94), Issy-les-Moulineaux et Clichy (120 euros) se hissent aussi dans le top 10. Nice est la seule ville de province à figurer dans le palmarès avec 200 euros d’aide allouée.

« Au final, une fois les aides déduites, les écarts entre régions s’amenuisent et même parfois s’inversent, note Benjamin Suchar. C’est le cas à Paris ou dans les Hauts-de-Seine où malgré un coût horaire net plus fort, vous allez avoir in fine, un coût global plus faible que la moyenne française. »