Piétonisation de la rive droite: L’enquête publique est contre, Anne Hidalgo s’emporte

BERGES DE SEINE La maire de Paris a pris connaissance des conclusions défavorables de la commission d’enquête concernant le projet d’interdire la circulation automobile  dès mi-octobre entre les Tuileries et Bastille…

Fabrice Pouliquen

— 

La mairie de Paris prévoie de rendre les berges de la rive droite de la Seine interdite aux voitures.
La mairie de Paris prévoie de rendre les berges de la rive droite de la Seine interdite aux voitures. — M.ASTAR/SIPA

Le projet de rendre piéton une partie de berge rive droite aurait-il du plomb dans l’aile ? La mairie souhaite dès mi-octobre interdire la circulation automobile sur les quais bas, entre les Tuileries et Bastille.

>> Lire aussi: La commission d’enquête rend un zéro pointé à la ville sur la piétonisation des berges de la rive droite

« Un déni complet de l’urgence climatique »

Mais la commission en charge de l’enquête publique, qui s’est tenue entre début juin et début juillet, a rendu ses conclusions sur ce projet. Et celles-ci sont loin d’être enthousiastes. C’est du moins ce que l’on comprend à la lecture du communiqué de presse publié ce lundi matin par la mairie de Paris. « J’ai pris connaissance, dans le détail, des motivations invoquées par la commission d’enquête pour rendre un avis consultatif défavorable concernant la piétonisation des berges de la rive droite de la Seine », commence Anne Hidalgo.

La maire de Paris ne mâche pas ses mots : « Ces motivations résonnent comme un déni complet de l’urgence climatique, pourtant actée à Paris par tous les Etats du monde il y a moins d’un an [la COP 21]. Elles ne tiennent pas non plus en compte des motifs environnementaux, sanitaires, urbains et culturels qui sont pourtant à l’origine de ce projet de piétonisation. »

Des conclusions bien gardées

Anne Hidalgo affirme aussi avoir l’adhésion des Parisiens sur ce projet. « Ils sont plus de 60 % à être favorables à cette piétonisation, dont un automobiliste sur deux, selon un sondage de l’institut Ifop d’avril 2016 », précise-t-elle, toujours dans le communiqué.

Mais que reproche au juste la commission d’enquête à ce projet de piétonisation ? C’est ce qu’a longtemps reproché le groupe des élus Les Républicains au conseil de Paris, opposé au projet. « Anne Hidalgo a normalement pris connaissance des conclusions de l’enquête publique il y a une semaine maintenant, mais jamais elle ne les a partagées avec les groupes politiques au conseil de Paris ».

Le rapport a toutefois été mis en ligne ce lundi matin surle site Internet de la ville. La commission juge ne pas disposer d’éléments suffisants concernant l’évolution de la circulation dans les villes limitrophes, craint des effets négatifs sur l’économie locale ou estime encore que l’impact sur la qualité de l’air ne serait pas démontré.

Anne Hidalgo décidée à aller au bout de son projet

Anne Hidalgo ne cache guère son agacement. « Aucune commission ne peut s’opposer ou paralyser l’expression démocratique, encore moins avec des arguments aussi insuffisants que ceux présentés dans le rapport de la commission d’enquête. La maire de Paris précise que cet avis n’est que consultatif et qu’elle ne le suivra pas. « Je présenterai au prochain Conseil de Paris la délibération visant à valider définitivement cette étape décisive dans la lutte contre la pollution et pour la reconquête de leur fleuve par les Parisiens ».

Dans l’entourage de Nathalie Kosciusko-Morizet, on dit préparer une lettre à Anne Hidalgo « pour avoir au moins accès à ses fameuses conclusions ».