Seine-Saint-Denis: Pourquoi le chien nommé AK 47 a été abattu par la police

FAITS DIVERS Les faits se sont passés à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), mercredi. Deux versions s’opposent, au sujet de ce drame qui a entraîné des incidents…

F.H.

— 

Un American Staffordshire Terrier (Illustration).
Un American Staffordshire Terrier (Illustration). — ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Une même histoire, mais deux versions qui s’opposent. Mercredi 24 juillet, AK 47, un American Staffordshire Terrier (chien classé catégorie 2) a été abattu par la police lors d’une intervention dans la cité des 4.000 à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Depuis, une page Facebook – Justice pour AK 47, chien sauvagement abattu par la police – a été créée et une pétition sur Change.org a recueilli près de 14.000 signatures.

Marche blanche interdite et véhicules incendiés

Selon la police, lors d’une intervention, deux hommes ont pris la fuite en laissant leur chien derrière eux, rapporte Le Parisien. Celui-ci a attaqué les forces de l’ordre qui après des tirs de Flash-Ball et de pistolet électrique ont fait usage de balles réelles pour neutraliser l’animal.

>> A lire aussi : Un chien policier détecte pour 18.000 euros de cannabis et d'héroïne

Un témoin a livré un autre témoignage affirmant que le chien était attaché. Il s’est ensuite échappé et « les policiers l’ont pourchassé et achevé ». Sur Change.org, d’autres détails sont donnés : « Le propriétaire [du chien] Souleymane Fofana, habitant de la Cité les 4.000 à La Courneuve résultant d’un handicap le rendant sourd et muet, s’est vu voir sauvagement abattre son chien devant ses yeux… Abattu sauvagement par 30 coups de feu !!! »

>> A lire aussi : Dans le Nord, une mère lâche son chien sur les policiers pour empêcher le contrôle de son fils

Dimanche, une marche blanche en hommage au chien a été interdite par la préfecture de Seine-Saint-Denis. Des propriétaires de molosses se sont toutefois rassemblés au parc de La Courneuve. La police présente les a empêchés de défiler et a vérifié si les chiens étaient bien déclarés, explique Le Parisien.

Ce week-end, des véhicules de la mairie ont été incendiés, des feux de poubelles ont été constatés. Des incidents consécutifs à la mort du chien.