Paris: Le frelon asiatique est bien arrivé dans la capitale

SCIENCES Le Musée national d’histoire naturelle (MNHN), dans le Ve arrondissement de Paris, vient de déloger un nid dans son enceinte…

C.P.

— 

Attaque de frelon asiatique devant une ruche
Attaque de frelon asiatique devant une ruche — S.ORTOLA/20MINUTES

On s’en doutait mais c’est confirmé. Le frelon asiatique est arrivé dans la capitale. Le Musée national d’histoire naturelle (MNHN), dans le 5e arrondissement de la capitale, en a eu la preuve vivante la semaine dernière en découvrant un nid juste au-dessus de la fenêtre de la graineterie.

Premier nid découvert à Paris

Dans un article publié le 18 juillet sur le site de l’inventaire national du patrimoine naturel, le MNHN explique qu’un « nid a été découvert par des jardiniers et détruit dans la semaine ».

C’est une mauvaise nouvelle pour les Parisiens : si le frelon asiatique était « déjà installé dans la région francilienne depuis 2012, et fréquemment observé sur les ruchers depuis l’année dernière », « aucun nid n’avait été découvert dans la ville », explique l’équipe scientifique.

Plus des 3/4 du territoire envahis

Le site The Conversation, deux entomologistes du MNHN expliquent que « l’arrivée de cet envahisseur dans la capitale était attendue puisque des femelles sexuées, potentielles futures reines, avaient été vues fin 2015 dans plusieurs arrondissements de la ville et en différents points de la banlieue parisienne ».

Selon la cartographie précise établie par ces chercheurs, cet insecte a été « observé pour la première fois en France en 2004 par un horticulteur du Lot-et-Garonne qui importait de Chine des poteries pour bonsaïs. Mais ce n’est qu’à l’automne 2005 qu’il a été découvert par les scientifiques ». Depuis, il a conquis plus des ¾ du territoire français mais aussi d’autres pays d’Europe (Espagne en 2010, Portugal en 2011, Italie en 2012 et Allemagne en 2014).

Une piqûre pas plus redoutable que celle d’une guêpe

Comment les reconnaître ? Les frelons asiatiques repérés en France appartiennent « à la variété V. velutina nigrithorax que l’on rencontre du Népal à la Chine », elle est brun sombre, avec une bande orange sur l’abdomen et des pattes jaunes à l’extrémité.

Si sa piqûre est douloureuse, les spécialistes soulignent qu’elle n’est « pas plus redoutable n’est que celle des autres Hyménoptères sociaux – guêpes et abeilles ». « Sauf s’il est allergique (0,3 à 7,5 % des victimes), un homme n’est pas en danger quand il est piqué plusieurs fois par des abeilles, guêpes ou frelons ; il faut des centaines de piqûres pour qu’il risque la mort », notent les experts, qui souligne que ce sont avant tout les ruches qui sont menacées par ces insectes.

>> A lire aussi : Loire-Atlantique: Cibles des frelons asiatiques, les ruches du conseil départemental mises à l'abri

Comment déloger un nid ?

Si vous observez un nid dans l’espace public (espaces municipaux, façades d’immeubles donnant sur rue…), le premier reflexe est d’appeler la Mairie de Paris au 39 75 ou d’écrire un commentaire sur sa page dédiée à l’abeille domestique pour qu’elle le déloge.

« Si le nid est placé dans le domaine privé ou ailleurs en Île-de-France, vous pouvez contacter un des référents de la FROSAIF, organisme qui prendra en charge le plan de lutte localement », conseille le MNHN.

>> A lire aussi : Rennes: La guerre contre le frelon asiatique est relancée