Paris: Evacuation du camp de migrants entre les stations Jaurès et Colonel Fabien

REFUGIES Entre 1 200 et 1 400 personnes avaient été recensées ces derniers jours dans le campement qui s’était récemment reconstitué au nord de la capitale...

20 Minutes avec AFP

— 

Le camp de migrants sous la station de métro Jaurès, à Paris, le 19 juillet 2016.
Le camp de migrants sous la station de métro Jaurès, à Paris, le 19 juillet 2016. — MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

C’est la 26e opération du genre en un an. Un campement de plus d’un millier de migrants était en cours d’évacuation, dans le calme et rythmé par les coups de sifflet des forces de l'ordre, ce vendredi matin à Paris.

>> A lire aussi : «Que vont faire ces réfugiés en attendant le centre humanitaire?»

Entre 1 200 et 1 400 personnes, pour la plupart des hommes originaires d’Erythrée, de Somalie ou d’Afghanistan, avaient été recensées ces derniers jours dans le campement qui s’était récemment reconstitué entre les stations de métro Jaurès et Colonel Fabien, à cheval sur les 10e et 19e arrondissements.

Des centaines de tentes et de matelas

L’évacuation a commencé vers 6 h 30. Des centaines de personnes, quasi exclusivement des hommes, étaient massées sous le métro aérien, attendant de pouvoir monter dans des bus qui doivent les conduire vers des centres d’hébergement. Une centaine de personnes vulnérables (femmes isolées, enfants, familles) ont été prises en charge en premier.

La foule s’était installée progressivement sur le terre-plein central envahi par des centaines de tentes et de matelas, au milieu des détritus et des flaques d’urine.

Une dizaine de camions de la propreté de Paris

Pierre Henry, directeur de France-Terre d'asile, confie son « sentiment d’épuisement » : « On a tous le même regard sur le problème : il faut dans toutes les capitales régionales des centres pour accueillir et orienter les migrants, pour arrêter d’attirer les gens à Paris et à Calais. Si ce n’est pas fait, c’est que la décision politique n’est pas prise. »

Cette évacuation a coupé la circulation sur le boulevard de la Villette entre les deux stations de la ligne 2, le métro ne marquant d’ailleurs pas d’arrêt à Jaurès. Du côté de la place du Colonel-Fabien, seuls deux policiers bloquaient l’accès au boulevard. Du côté de la rue Secrétan, c’est un cordon de CRS fermait le boulevard. Une dizaine de camions de la propreté de Paris attendaient pour intervenir.