L'hôpital Georges-Pompidou ferme neuf blocs opératoires à cause d'un champignon

HYGIENE Neuf des 24 blocs de l’hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris (15e), sont fermés pour réaliser un nettoyage soigneux des salles…

Floréal Hernandez

— 

L'hôpital européen Georges Pompidou contraint de fermer neuf de ses 24 blocs à cause de la présence d'un champignon. (Archives)
L'hôpital européen Georges Pompidou contraint de fermer neuf de ses 24 blocs à cause de la présence d'un champignon. (Archives) — A. Gelebart / 20 Minutes

Neuf blocs fermés à l’hôpital européen Georges-Pompidou de mercredi à lundi matin, au moins. La raison ? La présence d’un champignon filamenteux – l’aspergillus – révélée par les prélèvements d’air et de surfaces, révèle Le Figaro. Or le seuil toléré est l’absence de champignons filamenteux. « Ces résultats sont incompatibles avec la prise en charge de patients dans ces salles », écrit ainsi le Dr Najiby Kassis-Chikhani, le praticien hospitalier en charge de l’hygiène dans l’établissement, cité par le quotidien.

L’hôpital ne pourrait participer à l’effort collectif en cas d’attaque comme au Bataclan

A cause de l’aspergillus, l’hôpital parisien (15e) ferme donc 9 de ses 24 blocs et doit réaliser un bionettoyage soigneux des salles. De fait, les urgences orthopédiques, viscérales ainsi que les urgences absolues de Pompidou ont fermé, ce mardi. Les patients sont dirigés vers d’autres établissements.

Dans un communiqué, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris indique la fermeture du bloc 1 de l’hôpital soit neuf salles d’opération et affirme : « Il n’a été constaté aucune contamination de patient. »

Ce sont 16.000 interventions chirurgicales qui ont été réalisées en 2013 à l’hôpital Pompidou. En plein état d’urgence et la veille du défilé du 14 juillet, cette nouvelle inquiète les chirurgiens. Ils confient que si un événement comme le Bataclan venait à se reproduire, Pompidou ne serait pas en mesure de participer à l’effort collectif.