Hauts-de-Seine: Inéligible, la remplaçante de Balkany aux législatives 2017 jette l'éponge

POLITIQUE Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret, a renoncé à briguer sa propre succession. Agnès Pottier-Dumas, qui devait le remplacer chez Les Républicains, en a fait autant…

Fabrice Pouliquen

— 

Agnès Pottier-Dumas, investie le 28 juin par Les Républicains pour briguer le poste de député de la cinquième circonscription des Hauts-de-Seine, est en fait inéligible.
Agnès Pottier-Dumas, investie le 28 juin par Les Républicains pour briguer le poste de député de la cinquième circonscription des Hauts-de-Seine, est en fait inéligible. — Capture d'écran / Twitter

Mais qui sera le candidat LR aux législatives de juin 2017 dans la cinquième circonscription des Hauts-de-Seine ? Pas Patrick Balkany, c’est certain. Dans un premier temps, le maire de Levallois-Perret avait été investi par Les Républicains selon la règle du parti qui veut que tous les députés sortants soient réinvestis.

Déjà employée au cabinet de Valérie Pécresse

Mais l’investiture de Patrick Balkany, quatre fois mis en examen, a provoqué des remous, au sein même des Républicains. Au point d’obliger le maire de Levallois-Perret à se retirer de la course. C’était le 28 juin et Les Républicains pensaient avoir trouvé une remplaçante en la personne d’ Agnès Pottier-Dumas. Mais là encore, ça coince. La jeune femme de 31 ans, qui fut pendant près de dix ans l’attachée parlementaire du député sortant, travaille en ce moment à la région Ile-de-France, au cabinet de Valérie Pécresse. Ce qui est un motif d’inéligibilité selon l’article LO132-22 du code électoral, indique Le Parisien.

Cet article précise que les membres du cabinet d’un président de conseil régional ne peuvent se présenter dans les circonscriptions de la région concernée à moins d’avoir quitté leurs fonctions au moins douze mois avant la date du scrutin.

Un mail embarrassant

Agnès Pottier-Dumas aurait donc dû démissionner fin mai. Ce qu’elle assure avoir fait ! « Mais elle n’a pas remis sa démission dans les règles des collectivités locales, observe-t-on au cabinet de Valérie Pécresse. Elle aurait dû le faire par lettre recommandée avec une validation huit jours plus tard. »

A ce jour donc, la démission d’Agnès Pottier-Dumas n’est pas actée. Ce que s’empresse de faire savoir l’élu divers droite Arnaud de Courson, qui ambitionne de prendre le siège de député de Patrick Balkany. Il a diffusé sur les réseaux sociaux un mail du cabinet de Valérie Pécresse, daté du 15 juin et signé d’Agnès Pottier-Dumas. Preuve selon lui qu’elle était toujours en poste après le 31 mai.

Agnès Pottier-Dumas renonce

Ce lundi après-midi, interrogée par l’AFP, Agnès Pottier-Dumas a reconnu son inéligibilité et a renoncé à briguer la succession de Patrick Balkany au poste de député des Hauts-de-Seine. « Le code électoral est formel et je m’y conforme. Je ne serai donc pas candidate », a précisé Agnès Pottier-Dumas.

Il faudra donc trouver un nouveau candidat Les Républicains pour la cinquième circonscription des Hauts-de-Seine. Ce qui ne devrait pas être fait avant la primaire de novembre, signale Le Parisien.