Europacity: Même si Auchan survend son projet, «il y aura des gains d'emplois pour le territoire»

EMPLOI La guerre des chiffres fait rage sur le nombre d’emplois que créera ce gigantesque centre commercial à Gonesse (95). Est-ce 11.800, comme le promet Auchan?...

Fabrice Pouliquen

— 

Europacity prévoit 230.000 m² de commerces, un parc aquatique, une piste de ski, une salle dédiée au cirque, des boites de nuit. Le tout pour un investissement de 3,1 milliards d’euros.
Europacity prévoit 230.000 m² de commerces, un parc aquatique, une piste de ski, une salle dédiée au cirque, des boites de nuit. Le tout pour un investissement de 3,1 milliards d’euros. — /Europacity

Un parc aquatique, une piste de ski, 230.000 m² de commerces, des boîtes de nuit… Europacity, un centre commercial et de loisirs qui pourrait voir le jour en 2024 dans le triangle de Gonesse, se veut ambitieux.

Mais alors que le débat public se termine le 13 juillet et que le projet peut toujours être invalidé, il y a un chiffre sur lequel personne n’est d’accord : combien d’emplois Europacity apportera au Val-d’Oise et à la Seine-Saint-Denis à la frontière desquels le centre commercial s’installera ?  Le groupe Auchan, le promoteur, en annonce 11.800. Terres d’envol, une association de huit communes de Seine-Saint-Denis, opposée à ce projet, en annonce bien moins. Entre les deux, il y a Arnaud Degorre, économiste statisticien mandaté par la Commission nationale du débat public pour faire ses propres comptes. Il répond aux questions de 20 Minutes

Les 11.800 emplois promis par Auchan sont-ils une estimation réaliste ?

L’ordre de grandeur est vraisemblable. Ce n’est d’ailleurs pas ce chiffre en tant que tel qui est remis en cause par les adversaires du projet. J’arrive pour ma part à un chiffre plus proche des 10.000 emplois créés. Il n’y a donc qu’une différence de 10 ou 15 % entre nos deux évaluations, ce qui n’est pas anormal pour un projet d’une telle ampleur et surtout dix ans avant son ouverture.

Comment arrive-t-on à ces chiffres ?

Deux approches sont possibles. L’une en partant du chiffre d’affaires prévu par Europacity. Soit 2 milliards d’euros. De cette estimation, il est possible alors de déduire une masse salariale et une marge bénéficiaire en s’appuyant sur ce qui se fait dans des centres commerciaux similaires. L’autre approche, celle sur laquelle j’ai travaillé, consiste à prendre en compte la surface commerciale du site. Combien de milliers de m² sont prévus pour les commerces, les restaurants, les hôtels… ? Puis, on applique des ratios. Dans le commerce par exemple, il y a en moyenne un emploi créé chaque 50m².

Faut-il aussi prévoir des destructions d’emplois ?

C’est un reproche qu’on peut faire au groupe Auchan. Il ne prend pas du tout en compte les effets de concurrence dans ces études. A les écouter, Europacity serait un projet si atypique qu’il n’entrerait en concurrence avec aucun des autres centres commerciaux déjà existants… C’est peu probable. La moitié des emplois créés par ce futur complexe concerneront des activités commerciales, un secteur soumis à une forte concurrence. Dans son étude, Terre d’envol prend en compte ces effets de concurrence et chiffre à 8.800 le nombre d’emplois détruits par Europacity. Mais c’est là encore exagéré. Si les commerces sont soumis à une forte concurrence, la culture et les loisirs, domaines dans lesquels Europacity prévoit aussi de créer des emplois, le sont nettement moins. L’offre crée la demande dans ces secteurs. Plus vous avez de salles de théâtre à proximité et plus vous aurez envie d’aller au théâtre. J’estime plus entre 2.000 et 3.000 le nombre d’emplois détruits par Europacity.

Il y a aussi une bataille de chiffres sur le nombre d’emplois occupés lors de la phase de construction…

Le groupe Auchan annonce 4.200 emplois. Là, la méthode de calcul est plus technique. Elle consiste à prendre la valeur projet d’Europacity [l’investissement prévu pour construire le centre]. C’est trois milliards d’euros. Puis, on regarde ce qu’on appelle l’investissement par tête. Autrement dit, quel investissement permet de porter un ouvrier du BTP ? Auchan a pris le ratio de 160.000 euros par ouvrier. Il faut ensuite diviser ces 3 milliards d’euros par ce ratio de 160.000. Cela vous donne le nombre total d’emplois qu’il convient enfin diviser par le nombre d’années que doit durer le chantier. Soit 4,5. On arrive alors à ce chiffre de 4.500 emplois occupés. Le souci, c’est que les 3 milliards d’euros sur lesquels se base Auchan ne correspondent pas uniquement aux dépenses de construction. Cette somme inclut aussi l’achat du terrain ou les frais des études. Terre d’envol parle de son côté de 3.000 emplois occupés. Cette estimation est plus proche de la réalité.

Au final, Europacity est-il une bonne chose pour la Seine-Saint-Denis et le Val-d’Oise ?

Il faudra que les centres commerciaux existants se repositionnent et il n’est pas impossible qu’ils connaissent des licenciements. Mais d’un point de vue macro-économique, Europacity ne peut que se traduire par un gain d’emplois pour le territoire. Si on se base sur mes chiffres [10.000 emplois créés pour 2.000 à 3.000 emplois détruits], on parle tout de même de 7.000 à 8.000 emplois. Les locaux en profiteront.