Exposition universelle 2025: Anne Hidalgo en veut de moins en moins, des élus grincent des dents

POLITIQUE Le groupe écolo dépose ce mercredi un vœu au Conseil de Paris pour demander à ce que « les études et réflexions sur le sujet soient menées à terme »…

Romain Lescurieux

— 

La Tour Eiffel, le 25 mai 2015
La Tour Eiffel, le 25 mai 2015 — Miguel Medina AFP

Jeux olympiques 2024 ? Exposition universelle 2025 ? Son cœur balance… de moins en moins. Il y a quelques semaines, Anne Hidalgo a adressé un courrier à François Hollande, pour lui demander de renoncer à la candidature de Paris pour l’organisation de l’Exposition universelle, selon Europe 1.

Surpris par la méthode et par le fond, le groupe écolo de Paris dépose ce mercredi un vœu au Conseil de Paris pour demander à ce que « toutes les études et réflexions soient menées à terme et que, selon les conclusions rendues, soit soumis au vote du Conseil de Paris, l’engagement de la Ville pour une candidature à l’Exposition universelle de 2025 ». Pourtant, il y a deux ans, cette candidature avait les faveurs d’Anne Hidalgo.

>> A lire aussi : Les clés du match entre Exposition universelle 2025 et JO 2024

En 2014, plutôt Expo que J.O

Alors dubitative sur les Jeux Olympiques, Anne Hidalgo vantait en effet en 2014 les mérites de l’Exposition universelle. « Nous devons nous rassembler autour de cette candidature, avec les entreprises et en envisageant un mode de financement innovant. Cette Exposition universelle pourra être non seulement un moyen de promotion des réussites françaises, mais aussi un levier pour la création d’emploi et l’indispensable transition énergétique », expliquait-elle, lors d’un hangout. Deux ans plus tard, la donne a changé.

En mai dernier, Anne Hidalgo présentait un plan « ambitieux et inédit » de 43 mesures pour la ville, pour accompagner la capitale vers les Jeux Olympiques de 2024. La préparation de la candidature « doit constituer l’opportunité historique pour améliorer la protection de l’environnement, les transports, le logement ou les services publics de la Ville », disait-elle ». Pour mieux s’y atteler, l’édile a donc décidé de ne plus jouer sur deux tableaux et le dossier de l’Exposition universelle a alors été doucement relégué au second plan, jusqu’à être présenté comme moins bien que prévu.

>> Lire aussi. Jeux Olympiques: Anne Hidalgo prône des Jeux «au service des progrès auxquels les Parisiens aspirent»

« Nous verrons si nous faisons des efforts »

La Mairie de Paris reproche notamment au dossier final d’avoir « un thème général non approprié », « une gouvernance mal définie », et de ne pas répondre à un critère du comité d’attribution. Soit, le choix de présenter une quinzaine de villes françaises, au lieu d’un site unique. « C’est François Hollande qui a demandé une lettre visant à alerter sur ces difficultés pointées par les organisateurs. Nous verrons si nous faisons des efforts. Mais de toute façon, c’est désormais au Président d’apprécier la qualité du dossier et de décider s’il poursuit ou s’il arrête », précise-t-on à la Mairie. Catherine Dumas, conseillère de Paris (LR) a interpellé ce mardi Anne Hidalgo sur cette « volte-face ».

« Pourquoi affaiblir ce grand événement qui peut apporter tant à Paris, à l’Ile-de-France et à la France ? », a-t-elle demandé en Conseil de Paris. Opposés aux Jeux Olympiques, les Verts rappellent de leur côté que les deux événements peuvent se tenir et que l’argument des « sites multiples » n’est pas recevable.

« L’Exposition n’est pas incompatible avec les Jeux »

« C’est une bonne chose d’avoir plusieurs villes et le cahier des charges n’est pas gravé dans le marbre. Surtout, l’exposition n’est pas incompatible avec les Jeux Olympiques que nous ne sommes, d’ailleurs, pas assurés d’avoir », affirme Anne Souyris, co-présidente du groupe écolo au conseil de Paris. « Ce n’est donc pas inintéressant de poursuivre ce projet de l’Exposition universelle qui génère des valeurs incitant à réfléchir tout en étant un vrai souffle touristique et économique », ajoute-t-elle.

Selon les économistes de la société Deloitte, l’événement générerait en effet des retombées de 23,2 milliards d’euros, contre 11 milliards pour les J.O qui auraient un coût avoisinant les 6 milliards. De son côté, Jean-Christophe Fromantin, président d’ExpoFrance 2025, ne s’avoue pas vaincu.

« Notre dossier n’a pas d’ambiguïté »

« Nous sommes prêts. Nous avons travaillé durant quatre ans, nous sommes soutenus par 110.000 personnes et 27 grandes entreprises, notre dossier n’a pas d’ambiguïté. Nous allons donc continuer à se battre pour l’Exposition universelle », assure-t-il avant de répondre brièvement à Anne Hidalgo. « La fronde de la Maire de Paris contre l’Exposition traduit une fébrilité face aux grands événements. Nous devons pourtant les aborder avec plus de calme et ne pas étaler cette petite guerre aux yeux du monde », prône-t-il.

Désormais, c’est le chef de l’Etat qui a les cartes entre les mains. « Nous espérons que la notification officielle d’une candidature soit vite déposée », commente Jean-Christophe Fromantin. « Peut-être le 14 juillet », table-t-il.